Crossout

Crossout est un free-to-play édité par le studio Gaijin (créateur de War Thunder et Star Conflict) qui se déroule dans un univers post-apocalyptique. Le but du jeu consiste à améliorer sa réputation au sein de divers « gangs » sur les restes d’un monde dévasté, au volant de divers véhicules assemblés de bric et de broc. Cependant, tout un arsenal d’armes est à votre disposition, allant de la mitrailleuse au lance-missile en passant par des lames et tout ce qui permet de faire mal, aussi bien à distance qu’au contact.

Craft. Ride. Destroy

Tout comme l’indiquent ces quelques mots dans le logo, votre principale activité sera de fabriquer des pièces et des véhicules de plus en plus puissants au fil du jeu, pour bien entendu continuer à aller massacrer l’équipe ennemie lors de vos raids assoiffés d’essence sans plomb, d’huiles moteur et de cartouches de tout calibre. Cela vous permettra de récupérer le matériel nécessaire pour fabriquer ce dont vous avez besoin.

Dans un premier temps, vous serez (et resterez) avec les « Engineers », un groupe de survivants ayant pour seul vocation d’aider les gens à survivre dans ces terres désolées. Mais à force de faire vos preuves, vous débloquerez plus de pièces et de possibilités pour concevoir vos machines de guerre. Et à partir d’un certain niveau (level 10), vous serez en mesure de vous affilier à l’un des autres groupes disponibles : les Lunatics, les Nomads ou les Scavengers (plus tard les Steppenwolfs). Chaque groupe a sa façon de voir les choses et permettra de débloquer et de fabriquer des pièces différentes, mais pas d’inquiétude, vous pouvez changer de groupe quand vous le désirez.

Choo Choo Mother Trucker

Crossout se joue principalement en PVP (joueur contre joueur), où deux équipes de huit joueurs s’affrontent dans des matchs destructeurs à mort rapide. Mais pas seulement, car il est également possible de jouer en PVE (joueur contre ordinateur) dans des « Raids » nécessitant du carburant pour pouvoir y accéder – une jauge de carburant qui augmente au fil des niveaux et se recharge complètement tous les jours. C’est dans ce mode de jeu que vous pourrez récupérer certaines ressources vitales pour fabriquer du meilleur équipement.

En conclusion

Crossout permet de passer le temps sans réelle prise de tête, tant que l’on est fan de Lego et de voiture surarmées. Les combats sont rapides et il ne faut pas attendre longtemps pour rejoindre un match. Les raids permettent de casser la routine en offrant un style de jeu différent, l’arsenal à votre disposition permet quasiment tous les styles de jeu aussi bien défensifs (le camion hyper blindé) qu’offensif (le petit buggy armé jusqu’au dents) et l’univers post-apo est bien rendu avec ces combats dans des déserts décorés à la Mad Max ou ces sites industriels en ruines.
Seul point noir à mes yeux : l’équilibrage des parties et des armes. Vu que l’efficacité de votre véhicule est calculée en points, il n’est pas rare de rencontrer des joueurs surarmés dans une toute petite cacahuète non blindée, qui vous détruira pourtant en 5 secondes chrono. Le déblocage des armes plus lourdes étant long, les débuts seront fastidieux. Tant qu’aucune modification n’aura été apportée, misez tout sur les drônes volants, vous êtes sûr de détruire votre adversaire.
Si les concepteurs corrigent l’équilibrage des matchs, il y aura du fun en perspective pour les fanas de démolition et les gros bourrins (comme moi). À ceux qui voudraient se remémorer le bon vieux temps, Crossout pourra aussi rappeler Vigilante 8.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

  • WartileWartile (0)
    Il y a des petits studios indépendants qui peuvent créer la surprise avec leur projet Kickstarter, et c'est le cas pour le studio Playwood Project avec leur jeu Wartile. Seulement prévu […]
  • Beware Planet EarthBeware Planet Earth (1)
    Le Tower Defense est un genre de jeu que j'apprécie tout particulièrement. Je me souviens de toutes ces heures passées sur Warcraft 3 à placer stratégiquement mes tours chéries sur le bord […]

Laissez un commentaire

* champs obligatoire