Stay Safe

Stay Safe

Lors du Stunfest 2018, en passant par le village indé, j’ai eu l’occasion de découvrir quelques jeux sympathiques. Stay Safe fait partie de cette sélection de titres, et après sa découverte le temps d’une rapide session sur le salon, j’ai pu me poser plus longuement devant le titre du studio Atomic Raccoon. Je vous propose du coup de découvrir ensemble de quoi il en retourne !

SuperMeat Boy X F Zero

Stay Safe est un jeu de course futuriste qui a comme originalité de ne pas proposer de courses tel qu’on l’entend, mais des niveaux à parcourir parsemés d’obstacles. Le but est assez simple : il faut rejoindre l’arrivée en déjouant les pièges se dressant sur votre route ! Pour ce faire, on se retrouve aux commandes d’un vaisseau qui avancera automatiquement en vitesse « de base ». Sont mis à notre disposition un boost, des dash latéraux et la possibilité de gérer la direction de son vaisseau lors d’un saut, et c’est avec ces armes qu’il faudra négocier les virages retors et éviter les très nombreux pièges placés sur les pistes… Enfin, si vous y parvenez ! Car tout l’intérêt de Stay Safe repose sur son gameplay die’n’retry : à l’instar d’un Super Meat Boy – pour ne citer que cet exemple-là – c’est par l’échec et la répétition que l’on progressera. C’est que notre vaisseau fonce à toute allure et qu’une fois lancé à telle vitesse, le moindre obstacle se révélera mortel, nous renvoyant inexorablement sur la ligne de départ – pas de checkpoint dans Stay Safe !

Dès la première course, le ton est donné et on comprend assez vite que les développeurs se sont amusés à placer judicieusement chaque obstacle. Si l’on meurt souvent, c’est le plus souvent dû à une mauvaise manip’ sous la pression imposée par le titre plutôt qu’à un level design absurde : le jeu porte très bien son nom et nous encourage à nous montrer prudent tant il est sévère mais juste. Que ce soient de larges blocs à éviter, de fines colonnes entre lesquelles zigzaguer, des virages un peu trop serrés pour être pris à la légère ou encore des portails alternant ouverture et fermeture vous obligeant à rapidement lire leur pattern pour savoir de quel côté passer à toute vitesse, à aucun moment on n’en veut au jeu quand on échoue lamentablement. Chaque course propose un objectif secondaire incarné par une capsule à récupérer sur le parcours, qui rappelle les bandages de Super Meat Boy à notre bon souvenir et nécessitera souvent de prendre des risques pour être récupérée. À chaque tableau de fin de course, outre donc cette capsule à récupérer, on découvre trois « succès » à débloquer sur la piste : atteindre l’arrivée sans jamais lâcher le boost, terminer la course sans avoir recours aux dash latéraux (alors que le level design est fait de sorte à nous encourager à les utiliser) et réussir un run parfait sans mourir. De plus, un tableau de classement comparera notre temps à celui d’autres joueurs.

Bien joué p’tit gars mais attrape pas la grosse tête

De course en course, on finit par trouver ses marques et c’est là que le jeu nous rappelle une nouvelle fois à quel point il porte bien son nom : à devenir trop confiant on est vite ramené sur terre, et rien n’est jamais acquis. Même la ligne d’arrivée peut représenter un obstacle : il m’est arrivé quelquefois, tout content d’avoir enfin triomphé du segment de la course qui me posait problème, de mal négocier mon approche et de me crasher sur les petites bordures entourant la ligne d’arrivée. Je ne compte plus les fois où, en rageant quelque peu contre un passage à mi-parcours, j’ai pu me planter lamentablement au premier virage venu, tout simplement parce que je n’ai pas su rester prudent en recommençant la course. Petite anecdote rigolote, le menu pause du jeu propose de revenir au menu principal via une option « Rage Quit ». Quoi qu’il en soit, tout cela entretient une saine frustration et pousse à recommencer en s’appliquant mieux la prochaine fois – vous voyez, un peu comme dans cette excellente série d’Action-RPG exigeant d’un certain studio japonais…

Mais hélas, parallèlement à la bonne frustration, celle qui fait qu’on a envie de se surpasser, il y a un un côté obscur. Régulièrement, j’ai pu rencontrer des bugs de collision assez gênants, qui me font parfois traverser un obstacle complètement indemne, mais qui surviennent le plus souvent lors des passages aériens du jeu. Je ne compte plus le nombre de fois où mon vaisseau a traversé les textures de la route plutôt que d’atterrir sur cette dernière, transformant chaque tremplin en un cauchemar à l’issue incertaine. Nous avons contacté Atomic Raccoon Studio à ce sujet, qui sont au courant de ce type de problèmes sur certaines configurations et travaillent actuellement à patcher cela. Pour conclure, je ne peux en fait que vous encourager à vous essayer à Stay Safe : foncez récupérer la démo disponible sur Steam !

Note

14/20

Sympathique relecture die'n'retry du jeu de course futuriste (à moins que ce ne soit le contraire), Stay Safe est particulièrement prenant et ne manquera pas de séduire les amateurs de challenge. L'expérience peut malheureusement être plombée par quelques soucis techniques considérables, mais gageons qu'un rapide patch correctif saura rendre justice à l'intelligence de son level design.

Réactions

  • Spacecowboy Be le 11/06/2018
    Spacecowboy Be

    Ca me fait beaucoup penser à Spectra aussi et c’est un merveilleux compliment dans ma bouche 😉

    Répondre
  • arcwelding le 13/06/2018

    Mass, thanks a lot for the post.Really thank you! Much obliged.

    Répondre

Laisse un commentaire

* champs obligatoires