Life is Strange: Before the Storm

Life is Strange (« la vie est étrange » en français dans le texte) est un jeu développé par DONTNOD et édité par Square Enix, qui mettait en scène Max Caulfield, une ado capable de remonter dans le temps. Jeu narratif à mi-chemin entre le jeu épisodique à la Telltale et le film interactif à la Beyond Two Souls/Heavy Rain, Life is Strange était axé sur les sentiments et le vécu d’une ado. L’aventure s’enrichit désormais d’une préquelle : Life is Strange: Before the Storm, développée cette fois par Deck Nine.

Un scénario intense et touchant

Dans cet opus, nous incarnons Chloe Price, ex-meilleure amie de Max. Déchirée par le départ de cette dernière, la mort de son père, le choix de compagnon de sa mère et une scolarité qu’elle ne supporte plus. Nous faisons connaissance avec une ado rebelle qui n’hésite pas à défier train, videur et truand. Elle pourra toutefois compter sur sa nouvelle amie Rachel Amber qui l’aidera, malgré ses propres problèmes, à surmonter tout ça. Ce premier épisode se concentre sur leur rencontre et sur la construction de leur amitié et s’il est très difficile d’en parler sans vous gâcher l’histoire, nous pouvons vous dire que la phase d’apprentissage fut tumultueuse. Rachel ayant elle aussi des problèmes, elle en fera baver à Chloé tout autant que la maladresse de celle-ci blessera la première.

Ce qui est incroyable dans Life is Strange, ce n’est pas tant la quantité des sujets évoqués mais leur justesse. Nous en avons abordé une partie ci-dessus : qui n’a jamais un jour dans sa vie eu l’impression que tout et tout le monde était contre lui, l’impression d’être au fond du gouffre ? Life is Strange: Before the Storm, pour peu que le sujet vous touche, vous fera ressentir cela à nouveau. Il est plus qu’aisé de partager les sentiments de Chloé et nous n’agissons plus à la place du personnage mais comme nous l’aurions fait nous-même dans sa situation, nous livrant à une autre ado, presque inconnue, comme si elle était notre meilleure amie depuis toujours. Poignant de sincérité, le scénario est à nouveau sublimé par une OST qui fait mouche à chaque instant, le jeu, comme son aîné Life is Strange, n’hésitant pas à laisser traîner des « cinématiques musicales contemplatives« .

Un gameplay secondaire

S’il est un point sur lequel nous attendions le jeu au tournant, c’est bien le gameplay, toujours très secondaire dans une histoire interactive. Nous nous demandions ce qu’allaient nous dégoter les développeurs pour accrocher le joueur, les pouvoirs de Max n’étant pas réutilisables sans créer d’anachronisme avec le premier opus. Nous retrouvons donc les mécaniques de base, à savoir déplacer son personnage dans un univers en 3D avec des éléments interactifs et des PNJ à qui parler. Et c’est dans ces dialogues que se cache la nouveauté du titre : les défis d’insolence. Vous devrez, lors de ces phases, analyser les réponses de votre interlocuteur et y répondre, dans un temps limité, par une punchline qui fera bien mal là où il faut. Pour « vaincre » votre « adversaire« , il faudra le moucher un certain nombre de fois sans que celui-ci ne vous ridiculise. Assez faciles au premier abord, ces séquences deviendront un peu plus serrées par la suite. Les choix influençant la suite de l’aventure sont eux aussi toujours de la partie mais semblent moins nombreux et moins capitaux qu’avant.

Verdict: 18/20

Jouer à Life is Strange, c'est comme lire/écrire un journal intime. Nous entrons dans l'intimité profonde de notre personnage et nous partageons tout avec lui. La force de ce jeu est son empathie et sa façon de traiter des sujets graves avec sérieux sans être lourd. Si vous avez aimé le premier opus, vous aimerez celui-ci !

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

Réactions

  • Spacecowboy Be le 07/09/2017
    Spacecowboy Be

    Les défis d’insolence, quelle excellente idée parfaitement adaptée au personnage ! Mais pourquoi je m’étonne ? : Dontnod adapte toujours tout à ses superbes personnages.

    Répondre
    • Gatchan77 le 07/09/2017

      Sauf que ça n’est pas Dontnod qui a développé celui ci.

      Répondre
    • Vincent Moureau le 07/09/2017
      Vincent Moureau

      Celui ci c’est Deck Nine et pas DONTNOD mais vu la qualité de la narration, je serai pas surpris qu’ils y aie un transfert de personnel :p

      Répondre
  • Pierre Cyborgjeff Martin le 07/09/2017
    Pierre Cyborgjeff Martin

    Voilà bien longtemps, j’avais testé « Life is Strange », la démo à sa sortie… sur PS3. Le moteur était lourd et poussif, mais si je ne m’abuse, le jeu était déjà à l’époque initié pour la PS4. Il serait temps que je le découvre !

    Répondre
    • gazza8 le 07/09/2017

      Y a eu une démo de Life is strange sur PS3 ? Jamais vu… Et j’imagine qu’elle a été retirée depuis ?

      Répondre
      • Gatchan77 le 07/09/2017

        L’épisode 1 de Life is strange est gratuit sur toutes les plateformes PS3 compris.

        Répondre
        • gazza8 le 09/09/2017

          Merci Gatchan, en plus je l’avais déjà téléchargée début août… (smiley rouge de honte)

          Répondre
    • Vincent Moureau le 07/09/2017
      Vincent Moureau

      Un moteur lourd et poussif ? J’ai pas compris. Mais on est dans un jeu narratif, pas dans un beat’em all, tu lui reprocheras la même chose sur PS4

      Répondre
  • Johnny Ofthedead le 07/09/2017

    Mode « j’aime rien comme Aerticum » activé : vous ai-je déjà dit que je détestais ce genre de jeu sans gameplay ?

    Répondre
    • Aerticum le 07/09/2017

      C’est l’ambiance et le scénario qui font que. J’suis pas fan des Telltale par exemple

      Répondre

Laissez un commentaire

* champs obligatoire