Yonder: The Cloud Catcher Chronicles

Installez-vous confortablement et préparez-vous à vivre une expérience vidéoludique des plus envoûtantes car vous vous apprêtez à découvrir Yonder: The Cloud Catcher Chronicles, la toute première production des Australiens de chez Prideful Sloth. Ici pas de stress puisque dans ce jeu qui se veut axé exploration pure et dure, vous ne rencontrez aucun ennemi. Il s’agira tout simplement de se balader sur l’île de Gemea, de gérer quelques fermes si le coeur vous en dit et de faire toute la lumière sur le mystère de la brume obscure.

Explore, craft, repeat

Après une création de personnage assez sommaire, notre héros voguant sur les flots ne tardera pas à être victime d’un naufrage et à se retrouver, tel un Robison, perdu sur une île beaucoup moins déserte qu’elle n’y paraît de prime abord. De plus, et après quelques péripéties, on apprendra que notre petit explorateur n’est lui-même pas étranger à ces lieux puisque ses parents l’ont envoyé en exil durant sa petite enfance afin d’échapper à la brume obscure. Le but fondamental du jeu sera donc de retrouver toutes les fées protectrices de l’atoll afin de dissiper le mal qui sévit sur Gemea. Pour ce faire, il faudra suivre bon nombre de quêtes et apprendre à crafter moult ustensiles qui se révéleront rapidement très utiles. Marteau, hache, faucille, pioche, voici les éléments qui constitueront notre arsenal tout au long de l’aventure… Badass !

Au premier coup d’oeil, le jeu ressemble à s’y méprendre à un Zelda. En effet, se situant à mi-chemin entre Wind Waker et Breath of the Wild, les décors enfantins de Yonder ont tout pour plaire. Cependant, après quelques minutes de jeu, on ne tardera pas à se rendre compte que les deux titres n’ont rien à voir tant leurs mécanismes sont différents. Et oui, désolé de vous décevoir mais Yonder est beaucoup plus proche d’un Minecraft que d’un Zelda. Dans Yonder, il y aura certes des quêtes à suivre, mais celles-ci vous permettront de rejoindre des guildes pour apprendre de nouvelles compétences, de construire des fermes, d’apprivoiser des animaux ou encore de produire de précieuses ressources. Au final, tout cela mis bout à bout nous permettra de refaire prospérer l’île de Gemea et de la libérer de la brume qui l’entoure (comptez une dizaine d’heures).

Verdict: 16/20

Si vous avez besoin de vous détendre, ne cherchez plus, Yonder: The Cloud Catcher Chronicles est fait pour vous. À mi-chemin entre un jeu contemplatif à la Journey et un survival à la Minecraft, cette première production du studio Prideful Sloth est, en effet, plus que prometteuse. Certes le jeu est court, certes son monde ouvert n'est pas très vaste, certes ses quêtes sont un peu répétitives, mais n'oublions pas qu'il a été développé avec un budget tout riquiqui et, surtout, qu'il n'est disponible sur PC et PS4 que pour une vingtaine d'euros. Alors pourquoi s'en priver ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

  • The Legend of Zelda – Breath of the WildThe Legend of Zelda – Breath of the Wild (3)
    Dire que la série Zelda marque les esprits est un euphémisme ! Depuis 1986, les aventures de Link en terre d'Hyrule ou d'ailleurs passionnent les joueurs tout en marquant le paysage […]
  • Oceanhorn sur PCOceanhorn sur PC (2)
    Annoncé en 2011, on peut dire qu'Oceanhorn : Monster of Uncharted Seas a su se faire attendre. En effet, c'est seulement à la fin de l'année 2013 que ce titre de Cornfox & Bros a enfin […]

Réactions

  • Pierre Cyborgjeff Martin le 09/08/2017
    Pierre Cyborgjeff Martin

    Oh ben ce jeu à l’air drôlement sympathique ! Je viens de tenter Terraria pour le fiston, mais il n’aime pas… c’est tout plat et s’en retourne à me bassiner par avoir Minecraft… et je trouve ceci assez sympathique comme alternative !

    Répondre
    • Johnny Ofthedead le 09/08/2017
      Johnny Ofthedead

      Niveau liberté dans les constructions, c’est quand même BCP moins poussé que Minecraft… Je conseille néanmoins Yonder qui est sympa pour se lancer dans ce genre de jeu. Mais si il veut Minecraft, pourquoi ne pas lui donner Minecraft ? 😀

      Répondre
    • Spacecowboy Be le 09/08/2017
      Spacecowboy Be

      « Mais si il veut Minecraft, pourquoi ne pas lui donner Minecraft ? » : il faut apprendre la frustration aux enfants du 3e millénaire 🙂

      Répondre
    • Johnny Ofthedead le 09/08/2017
      Johnny Ofthedead

      Et en faire des futurs tueurs en série ? 😀 En plus, il n’y rien de mieux que Minecraft pour stimuler la créativité !

      Répondre
    • Spacecowboy Be le 09/08/2017
      Spacecowboy Be

      Si refuser un jeu vidéo à un enfant, ça attise aussi son désir de violence, on est foutus ! Ils n’ont qu’à jouer à Doom, comme on le faisait nous 😉

      Répondre
    • Gillian Sampont le 09/08/2017
      Gillian Sampont

      C’est plus dangereux de le laisser jouer à GTA V ou bien de l’en empêcher? Le débat est tout vert :p

      Répondre
    • Mass le 15/08/2017

      J’ai du mal à saisir… pourquoi lui refuser Minecraft mais lui chercher et proposer des alternatives? C’est un peu débile :/

      Répondre

Laissez un commentaire

* champs obligatoire