Horizon Zero Dawn

Horizon Zero Dawn, c’est le fruit de cinq ans de travail : un an et demi de pré-production et trois ans et demi de développement. Autant dire que le dernier né de chez Guerrilla Games a été cuisiné aux petits oignons. Et une fois que je vous aurais dit que le moteur du jeu sera utilisé par Kojima himself pour son prochain titre (aka Death Stranding), je suis sûr qu’il ne planera plus aucun doute quant à la qualité que peut offrir le successeur de Killzone Shadow Fall. D’autant plus que la PS4 est un support que le studio hollandais maîtrise particulièrement puisqu’il va d’exclu en exclu. La preuve en est que la version PS Pro ne présente quasi aucune différence avec la version normale. Bref, voici une introduction certes très convaincante mais il reste à savoir ce que le jeu a réellement dans le ventre. Je vous invite donc à m’accompagner dans ce test et à faire la connaissance d’Aloy, la belle héroïne de ce qui sera probablement un des grands hits de cette année 2017.

À la recherche de ses origines

Commençons par planter le décor. Horizon Zero Dawn se déroule à première vue dans un futur pas si lointain, dans lequel la nature a repris ses droits sur la civilisation. On pourrait légitimement imaginer qu’un scénario à la Terminator se soit produit puisque les machines règnent désormais en maîtres sur une terre redevenue sauvage. J’utilise le mot « imaginer » car rien n’explique ce qui s’est vraiment passé, du moins au début. Un des autres grands mystères de cette histoire est l’origine d’Aloy, notre héroïne tout aussi intrépide que charismatique. Appelée la « sans-mère » par les membres de la tribu dont elle rêve de faire partie, elle a été confiée peu après sa naissance à Rost, un paria vivant à l’écart du village. Les premières heures du jeu s’articuleront d’ailleurs autour de l’entrainement d’Aloy qui ne rêve que d’une seule chose : accomplir avec brio le rite de l’éclosion qui lui permettra de rejoindre le clan (ce qui, reconnaissons-le, est un tutoriel plutôt bien torché).

Le bon chasseur, il vise et il tire…

Bien entendu, c’est pendant ce fameux rite initiatique que tout va partir en couille et que l’aventure va vraiment commencer. Notons quand même que ce petit prélude dure presque 5 heures, ce qui ne laisse présager que du bon quant à la durée de vie du titre de Guerilla. Tout au long de cette introduction, on apprendra donc les bases du jeu qui ne sont pas sans rappeler Far Cry 3 et ses successeurs. En effet, il s’agira d’évoluer dans un immense open world dans lequel il faudra survivre. Pour ce faire, Aloy disposera de compétences, d’armes et de tenues qu’elle pourra faire évoluer en craftant divers matériaux ou en gagnant de l’XP. Et c’est là qu’intervient la chasse puisqu’en abattant les robots imitant à merveille la faune, on pourra amasser des pièces détachées et de l’expérience. On comprendra d’ailleurs assez vite qu’il sera indispensable de collecter des ressources pour se fabriquer des potions et des munitions sans lesquelles on passera rapidement de vie à trépas.

Infiltration, piratage et chevauchées sauvages

Quand je vous parlais de Kojima, ce n’était pas vraiment anodin puisque certaines phases d’infiltration font énormément penser à du Metal Gear Solid. Et de fait, grâce à son « Focus », notre héroïne pourra voir en permanence la position, mais aussi les trajectoires de ses ennemis, ce qui lui permettra de pouvoir faire tranquillement le ménage dans les camps adverses. Ce Focus, qui s’apparente assez bien à des Google Glass, permet à Aloy de voir le monde qui l’entoure en réalité augmentée, mais vous comprendrez très vite qu’il ne s’agit en fait que d’une pâle copie de la vision d’aigle d’Assassin’s Creed. Il en ira de même lors des parties de chasse puisque les troupeaux d’animaux mécaniques seront généralement accompagnés de « veilleurs » qui ont pour fonction de repérer le moindre danger et de le transmettre au reste du groupe. Il s’agira donc d’éliminer discrètement les sentinelles, en espérant que le troupeau ne prenne pas la fuite, et de se servir.

Le piratage est l’une des autres compétences d’Aloy, qui servira essentiellement à deux choses : pouvoir apprivoiser les animaux et ouvrir des portes donnant accès à des vestiges du passé. Explorer ces ruines permettra d’avancer petit à petit dans l’histoire mais aussi d’élargir le panel de bêtes à pouvoir pirater, en sachant qu’elles auront toutes des capacités bien spécifiques. C’est comme ça que l’on pourra donc se retrouver à chevaucher des « galopeurs », ce qui ne sera pas sans rappeler les sensations de Red Dead Redemption. Ceci dit, avec son arc à flèches, notre héroïne tient plus de l’indien que du cowboy. Oubliez donc immédiatement les fusils d’assaut du futur à la Killzone et préparez-vous plutôt à devoir utiliser des armes beaucoup plus rudimentaires comme la fronde ou le lance-câble. Notons cependant que plusieurs types de munitions, comme les flèches explosives ou les projectiles givrants, seront disponibles et qu’il faudra les utiliser à bon escient selon les faiblesses des ennemis.

La next-gen, c’est maintenant

Techniquement, et comme vous vous en doutez très certainement, il n’y a pas grand-chose à redire : c’est beau, voire très beau, voire magnifiquement beau. C’est bien simple, je n’ai jamais vu un jeu aussi joli sur Playstation 4. Le plus époustouflant selon moi, ce sont les effets de lumières, surtout ceux de la lune au travers des arbres et des nuées de brouillard. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis arrêté de jouer pour bêtement contempler le paysage. De plus, les décors regorgent d’une multitude de petits détails ce qui, au premier abord, peut sembler très chouette mais se révèle un peu handicapant à la longue car cela nuit légèrement à la lisibilité du jeu. De fait, les icônes d’objectifs ont parfois tendance à se prendre dans la masse et on se demande souvent dans quelle direction on doit aller, mais soit. La musique, quant à elle, est plutôt discrète mais s’adapte plutôt bien aux circonstances et aide à l’immersion.

À la conquête des grands-cous

La difficulté est pour sa part assez élevée, ce qui change pas mal des autres productions actuelles, et ce malgré une intelligence artificielle parfois très limite. En effet, infiltrer un camp adverse et éliminer tout le monde discrètement relève parfois du défi. On pourra néanmoins craquer et finir le travail comme un bourrin, mais il faut bien reconnaître que cette méthode est beaucoup moins jouissive. Si vous voulez opérer proprement, préparez-vous donc à mourir et à recommencer de nombreuses fois. Ce qui m’amène à la durée de vie du jeu qui paraît vraiment énorme. Il y a d’ailleurs tellement de missions secondaires que l’on peut facilement s’y perdre et ne plus savoir que faire au final (nous appellerons cela le « syndrome de Skyrim » selon le professeur Mass et sa thèse sur les jeux open world). D’autant plus que la carte est vraiment immense et qu’elle renferme des tonnes de secrets, ce qui promet des heures et des heures d’aventure.

Verdict: 15/20

Si je devais faire un seul reproche à Horizon Zero Dawn, ce serait que tous les éléments qui font de lui un bon jeu ont été pompés d'autres licences. Au final, tout ce qui lui reste d'original, c'est son scénario qui se déroule dans un univers "néo rétro" jamais vu, ce qui ma foi est quand même un peu mince. Certes le jeu est très beau, tout est réglé comme du papier à musique dans les moindres détails, cependant j'aurais aimé retrouver plus de concepts novateurs car tout ce que j'en retiens une fois ma console éteinte, c'est une impression de déjà vu. Dommage !

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

  • Horizon Zero Dawn : un jeu de bon AloyHorizon Zero Dawn : un jeu de bon Aloy (2)
    Comme je vous l'ai annoncé il y a quelques jours sur notre petit compte Facebook,  nous avons eu le privilège d'être conviés à un événement presse à Amsterdam dans les locaux du studio […]
  • Far Cry 3Far Cry 3 (2)
    Le moins que l'on puisse dire, c'est que Far Cry 2 ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable. C'est pour cette raison que la sortie du troisième épisode me laissait un peu […]

Réactions

  • Cyborg Jeff le 28/02/2017

    Et donc… on pourrait vraiment le raccrocher à quel jeu ? Skyrim ?

    Répondre
    • Johnny Ofthedead le 28/02/2017

      Non, pour moi c’est vraiment un Far Cry 3-like !

      Répondre
  • Aerticum le 28/02/2017

    J’ai hate de l’avoir demain !

    Répondre
  • Fabbrice le 10/03/2017

    En quoi le fait que le jeu s’inspire d’autres licences est un défaut? A croire que tu as lu ça sur un site donc tu t’es dit que ça ferait classe de le répéter. Une blinde d’autres jeux piochent un peu à droite à gauche et on leur dit rien, pourquoi faire une exception pour Horizon? De toute façon, à part les camps de bandits, qui sont ouvertement copiés sur Far Cry, faudra me dire en quoi Horizon est un Far Cry-like. De toute façon, il n’y a que 4 camps de camps de bandits dans le jeu donc autant dire que c’est on ne peut plus anecdotique. Pour moi, ce jeu a été une claque sur toute la ligne et il m’a fait complètement oublier tous les jeux dont ils s’est inspiré. J’y ai déjà passé plus de 70 heures et je sens que je suis pas prêt de m’arrêter. Je suis contre le surnotage mais mettre 15 à un jeu aussi fun et travaillé, c’est juste dingo.

    Répondre
    • Johnny Ofthedead le 10/03/2017

      <3 (je n'ai pas le temps de te répondre plus longuement, je suis trop occupé à jouer à NieR: Automata à qui je mettrai probablement 18/20)

      Répondre
      • Fabbrice le 14/03/2017

        En même temps, à part « tu as raison, j’ai un peu fait de la merde », y a pas grand chose à dire. La prochaine fois, attention de tester un jeu pour ce qu’il est et non pas pour les jeux dont il a des similarités, surtout si c’est pour le sous-noter juste pour ça. Quand on voit à côté que le site a mis 18/20 à cette bouse infâme de FF15, c’est presque risible.

        Répondre
        • Aerticum le 14/03/2017

          A quoi ça sert d’être agressif là sérieux ? Chacun ses goûts, mec. Moi j’trouve que ce jeu vaut un 17-18. Johnny dit 15. Ok. J’pense que Far Cry 3 vaut 16-17, j’suis sur que Mass lui en donnerait moins. On se tape pas dessus pour autant.

          Après, s’tu veux flame et chipoter, y’a JVC hein, tous les jours tu pourras t’amuser chez eux

          Répondre
          • Fabbrice le 16/03/2017

            Je ne suis pas agressif, je donne mon avis tel quel. Si vous n’acceptez pas les mauvais retours, ou juste ceux parfumés à l’eau de rose, faut changez d’hobby. Je constate que pour certains tests, vous faites précisément comme le mentionné JVC, à savoir minimiser les défauts pour n’insister que sur les qualités, s’il en est, et surnoter pour faire plaisir aux joueurs (ne jamais sous-noter un FF, attention!) et sur d’autres tests insister sur des pseudo-défauts qui, en regardant bien, n’en sont pas et ne nuisent pas au plaisir de jeu. J’aurais accepté la dite note si les défauts mentionnés étaient fondés mais mettre 15 à un jeu pareil juste parce qu’il y a ça et ça comme dans tel et tel jeu, je crois que même JVC n’a pas fait le coup. Au prochain Forza Horizon, n’oubliez pas de le sous-noter parce qu’on ne peut faire que des courses de voitures et que c’est pompé sur Gran Turismo et que c’est du déjà-vu depuis 20 ans^^

        • Kornelius le 14/03/2017

          Moi j’ai envie de dire Amour et Chocolat. Après, tous les avis sont fait pour être partagés. J’ai assisté à la démo presse à Amsterdam avec l’ami Gr0bill, on avait chacun notre avis sur la galette. Soit on aime, soit on aime moins, soit on aime pas. Et c’est comme ça ! Respecter l’avis des autres c’est aussi se respecter sois-même (damned comme c’est beau). (edit) Et je dirais même plus, si tout les tests étaient élogieux façon JVC, l’objectivité ne serait plus de mise. Ce n’est pas notre façon de penser.

          Répondre
        • Mass le 16/03/2017

          Cher Fabbrice, permet moi si tu veux bien de revenir sur le test de Final Fantasy XV sur Press Start, étant donc le coupable de cette « note risible » comme tu le clames haut et fort. Tu nous dit que Horizon te procure une expérience telle qu’après 70h de jeu tu n’es pas prêt de lâcher le pad et te fais oublier toute ressemblance ou menu défaut; et c’est tant mieux ! Je te rejoins complètement là dessus, chaque session de jeu avec Aloy m’est également des plus prenantes. Et c’est exactement le même genre d’expérience que m’a offert FFXV : afficher une centaine d’heures de jeu au compteur sur un mois de temps ça ne m’était tout simplement jamais arrivé. Le jeu a ses défauts, je suis le premier à le dire et à les déplorer, mais ça n’a pas retiré grand chose à mon expérience sur le jeu et c’est ce que j’ai voulu refléter avec ma note. Il ne s’agit aucunement de « ne pas pouvoir descendre un FF parce que c’est un FF » comme tu le laisse sous-entendre. Merci.

          Répondre
          • Fabbrice le 17/03/2017

            Si tu es d’accord avec ce que je dis sur le fait que FF15 « a ses défauts » (et c’est le moins qu’on puisse dire…), j’ai du mal à comprendre pourquoi tu en fais à peine mention et que tu lui refourgues un 18 en over-sellant les qualités alors que ce Horizon n’a pas la moitié des défauts de FF15 et sont d’ailleurs bien moins gênants que ceux de ce derniers qui, eux, sont dignes d’un jeu pas terminé (ce qui lui aurait valu de se faire atomiser par tout le monde si le jeu ne s’appelait pas FF).
            Pour Horizon, je me rends compte que ce n’est pas la note qui me dérange, en fin de compte, mais surtout les arguments. Vous vous attendiez à quoi comme « concept novateur » dans un rpg à monde ouvert? Se plaindre qu’on ne peut faire que des parties de foot dans fifa et qu’il faudrait innover, c’est kif kif. Et déplorer le fait qu’il y a beaucoup de concepts d’autres jeux, faut arrêter. Tous les jeux s’inspirent d’autres et on leur dit rien. D’ailleurs, à part les camps de bandits (y en a 4 ou 5…) qui sont ouvertement copiés sur Far Cry et qui sont limite anectdotiques, faut vraiment faire une fixette sur la critique pour se dire « tiens, y a ça comme dans tel jeu, c’est pas bien ».
            Bref, que vous vouliez fermer les yeux sur des gros défauts pour mettre en avant que les qualités ou bien insister sur des défauts totalement insignifiants qui ne gênent en rien le plaisir de jeu, c’est un choix à faire, mais dans ce cas, faut loger tout le monde à la même enseigne.

        • Mass le 17/03/2017

          Oui, de fait. Mais un rédacteur n’est pas l’autre, son ressenti sera différent certes, mais sera encore plus différente sa façon d’en faire part. J’aurais été en charge du test de Horizon, je n’aurais même jamais abordé la série de FPS pourris de Ubisoft. Du coup, ce n’est pas parce qu’un rédacteur se base sur des critères comparatifs que l’ensemble des articles du site (et donc le travail de toute la rédaction) utilisera le même squelette pour émettre un avis. Quoi qu’il en soit merci pour tes interventions : ça montre que nous sommes lus et que nos propos font réagir.

          Répondre
          • Aerticum le 17/03/2017

            Laisse tomber 🙁 Le mec il est juste contradictoire. Il faut qu’on soit d’accord avec lui et qu’on accepte ses arguments, mais lui n’est pas foutu d’accepter qu’on pense autrement…

    • Aerticum le 11/03/2017

      Tu sais, les gouts et les couleurs… Johnny trouve que ça ressemble à du FarCry ? Moi aussi. Même si Far Cry n’a rien inventé, la façon de tout assembler m’y fait aussi très fort penser. Lui a jugé ça négatif ? Toi pas, moi non plus. Est-ce une raison pour râler comme ça ? Je ne crois pas, parce qu’il soulève malgré ça de nombreux points positifs et n’enterre pas le jeu. 15/20, ça fait 75% ce qui est plus que bien, non ?

      Répondre
    • Mass le 11/03/2017

      Ouais mais en même temps comparer Horizon à Farcry c’est insulter le petit dernier de chez Guerilla Games tant ici au moins il y a du gameplay et des personnages attachants 😮

      Répondre
      • Aerticum le 11/03/2017

        Vaas il était cool :v

        Répondre
        • Mass le 11/03/2017

          Vite fait pour un rebelle Edgy en manque de repères ouais X)

          Répondre
    • Johnny Ofthedead le 11/03/2017

      VOUS NE ME PRENDREZ PAS MA LIBERTE DE PENSER !!!

      Répondre

Laissez un commentaire

* champs obligatoire