Ripple Dot Zero, un mega pingouin.

Je n’ai pas pour habitude de me laisser aller à jouer à des jeux sur PC, encore moins des jeux « online ». Pourtant à peine avais-je cliqué sur le lien menant à la page de Ripple Dot Zero, que mon frangin m’avait laissé sur Facebook, que j’étais déjà séduit.

Dans un style graphique très Megadrive / Amiga, les aventures de ce super pingouin de laboratoire vont tout de suite me rappeler de nombreux souvenirs de la génération 16 bits. Avec des musiques endiablées dignes des bandes son de Sonic the Hedgehog, c’est évidemment au hérisson de Sega que l’on pense en premier lieu. Il est vrai que les niveaux de Ripple renvoient immanquablement aux mondes mécaniques que doit parcourir Sonic. Les ennemis et leurs méthodes d’attaque rappellent également l’univers du hérisson. Ceci dit, n’ayant pas eu ma propre Megadrive à l’époque, Ripple Dot Zero me fait penser à d’autres jeux également

Par exemple, l’une des grandes différences avec Sonic est que notre Super Pingouin point Zero n’a pas trop intérêt à sauter sur ses ennemis pour les éliminer, car ça fait mal ! Il peut donner un coup d’aile bien placé, tel un ninja de banquise, pour détruire l’adversaire. Ripple est également plus lent que le hérisson supersonique, mais il pourra se procurer en cours de partie quelques bonus intéressants. Un genre de boomerang électrique qui permet d’atteindre ses ennemis à distance ou un jetpack pour allonger ses sauts.Ripple Dot Zero - Jetpack power !

Au final, les influences sont donc bien plus nombreuses et je citerais par exemple Jazz Jack Rabbit (Epic Mega Games 1994 sur PC), Megaman (Capcom 1987 sur NES), Super Frog (Team 17 1993 sur Amiga)… Ce bon mélange d’influences offre à Ripple Dot Zero de quoi faire vibrer les bons vieux fans nostalgiques de cette époque !

Alors que je parvenais à bout du premier boss et que je pouvais constater que chaque nouveau niveau avait droit à sa propre bande son (et du bon son made in Sweden, signé Simon Stanlenhag), je m’inquiétais qu’arriverait inévitablement un moment où j’allais devoir éteindre mon navigateur web (oui, car impossible de couper le son du jeu tant que l’on est sur la page). Heureusement, un cookie semble retenir les niveaux déjà terminés et il est donc possible de reprendre l’aventure là où on l’a laissée.

Découvert par hasard, Ripple Dot Zero est le fruit de deux Suédois formant Pixeltruss. Le jeu est entièrement gratuit et n’est pour l’instant pas envisagé sur console. Démarré en 2008, le concept des jeux Indies était encore bien moins mercantile qu’à l’heure de la sortie du jeu. Il est toutefois possible d’acheter quelques goodies ou la bande son du jeu.

Bref, et si vous découvriez cela par vous-même ?

http://www.rippledotzero.com/

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

  • Sonic the Hedgehog : le maître-achat sur 8 bitsSonic the Hedgehog : le maître-achat sur 8 bits (3)
    La sortie de Sonic The Hedgehog version 8 bits sur la console virtuelle de la 3DS nous rappelle un temps où l’écart entre les versions dites aujourd’hui « superior » et « inferior » était […]
  • Console Wars, pourquoi Sega était plus fort que toiConsole Wars, pourquoi Sega était plus fort que toi (0)
    États-Unis, années ’90. Au milieu du désert commercial dans lequel Atari a enfoui les consoles de jeu, un nouvel espoir est né. Une société japonaise a ramené de l’ordre dans le secteur […]

Réactions

Laissez un commentaire

* champs obligatoire