Floor Kids – Grandmaster Koala

Floor Kids – Grandmaster Koala

Un jeu musical sans une bonne bande-son, ça ne mérite pas d’exister. Alors, pour se donner le droit d’apparaître devant vous, ladies and gentlemen, Floor Kids avait besoin d’une solide BO d’un genre particulier. Non pas le rock des jeux musicaux à instruments ni la J-Pop des idols, mais le funk et le hip-hop pour rythmer ses parties de break dance. Aux platines : Kid Koala !

Kid Koala est un DJ, un compositeur, un producteur et même un auteur de romans graphiques. Sa patte à lui, c’est le scratch musicalement cohérent. Pas d’esbroufe ni de torture de disques, mais le juste scratch là où il faut, comme s’il existait déjà dans la musique d’origine et n’attendait qu’à être révélé par un DJ talentueux. Car, ne vous méprenez pas, Kid Koala a un sacré talent technique, qui a fait de lui un DJ de renom sur ses albums comme en live.

Le Kid canadien se fait connaître en 2000 avec son premier album Carpal Tunnel Syndrome, signé par le prestigieux label Ninja Tune. Il y impose un style blues qu’il combine avec des découpages parlés. Kid Koala utilise des extraits de dialogues de vieux films, de messages publicitaires ou encore de reportages (animaliers !) et les rapièce dans ses morceaux avec justesse et humour. Les albums Some of my best friends are DJ’s et Your mom’s favourite DJ poursuivent sur cette voie chaleureuse, que les distraits pourraient presque prendre pour du easy-listening.

Plus récemment, Kid Koala revient vers les origines de sa musique sur 12 bit blues, où il utilise le sampler dont il rêvait enfant. Le résultat est plus blues que jamais, et son mix profite de ce sampler basique pour atteindre un naturel prodigieux. Enfin, Music to draw to satellite (sorti en 2017) est un album plutôt atypique pour un DJ, puisqu’il s’agit clairement d’un disque d’ambient rehaussée par la délicieuse voix d’Emiliana Torrini.

Pour Floor Kids, Kid Koala a composé une grosse bande-son d’une quarantaine de morceaux à la gloire du break dance. Le jeu se déroule dans une ville, dont il faut explorer certains lieux stratégiques pour cet art de la rue : le club ou le métro, par exemple. D’un endroit à l’autre, vous laissez de la sueur sur le sol avec vos pas de danse qui déchaînent l’hystérie du public. Et Kid Koala vous donne le rythme en vous emmenant dans un voyage chronologique.

Les morceaux du début de l’aventure rendent hommage au funk des pionniers, celui des Grandmaster Flash et consorts. Cette partie de la BO est savoureuse par son côté enjoué et bon enfant, totalement en adéquation avec l’ambiance générale du jeu. Le reste vaut évidemment aussi le détour, surtout si vous appréciez les beats plus musclés ou l’électro. Kid Koala nous fait ainsi voyager à travers des décennies de hip-hop, en conservant toujours l’aspect dansant nécessaire au déroulement du jeu.

Si le DJ se met complètement au service du système de jeu, c’est tout simplement parce qu’il est à l’origine de Floor Kids, en association avec le graphiste ET break dancer JonJon. Kid Koala a ainsi pu adhérer dès le début aux règles du jeu et à ses contraintes pour ses propres compositions : une durée d’environ 2 minutes, un rythme régulier et un « break » au milieu et à la fin du morceau. En écoutant la BO de Floor Kids hors du jeu, la présence systématique d’un break peut surprendre quand on connaît la diversité de la musique de Kid Koala. Ce break, un intermède où le DJ étouffe le son pour ne garder que les percussions et une ligne de basse, s’insère entre deux parties libres où le joueur enchaîne les mouvements selon ses envies. Le break, lui, exige une concentration maximale pour suivre le morceau à la note près et empocher le meilleur bonus.

Lorsqu’il peut sortir du carcan des morceaux de danse, Kid Koala ne s’en prive pas bien entendu. Ses compositions plus libres s’entendent par exemple lors de l’introduction des différents lieux, dont les messages mystiques rappellent la douce folie de la série télé Get down ou le trip urbain du roman Graffiti Palace d’A.G. Lombardo. Enfin, la première apparition des menus du jeu réserve une belle surprise : la navigation dans les options déclenche de petites notes qui permettent au joueur de faire de la musique au-dessus du fond sonore de Kid Koala.

Une fois le jeu sorti, Kid Koala n’en est pas resté là, puisqu’il a emporté sa BO en tournée ! Vous pouvez écouter ci-dessous un mix de 18 minutes représentatif du résultat en live. Par ailleurs, outre les versions en téléchargement sur iTunes et Steam et en streaming sur Spotify et Deezer, la BO de Floor Kids s’écoute aussi sur vinyle ! L’occasion de vous prendre vous aussi pour un grand DJ…

Floor Kids est disponible sur Nintendo Switch, PC et Mac pour un peu moins de 20 euros.

 

 

 

 

Réactions

  • Johnny Ofthedead le 01/06/2018
    Johnny Ofthedead

    Vraiment chouette cet artiste, on croirait certaines tracks sorties tout droit de Jet Set Radio !

    Répondre
    • Spacecowboy Be le 01/06/2018
      Spacecowboy Be

      Oh, tu me fais rêver d’un nouveau Jet Set Radio avec une BO de Kid Koala !

      Répondre
    • Vincent Moureau le 01/06/2018
      Vincent Moureau

      Spacecowboy Be Dans le dernier Les Demons du Midi ils parlent aussi d’un artiste qui a composé de la musique style Jet Set Radio 🙂

      Répondre
  • Pierre Cyborgjeff Martin le 01/06/2018
    Pierre Cyborgjeff Martin

    bin mince. c’est a la base pas du tout mon truc, l’image ne m’inspirait pas, mais cet article m’a donné envie de découvrir cet univers !

    Répondre

Laisse un commentaire

* champs obligatoires