Snow Moto Racing Freedom – Tombe la neige…

Snow Moto Racing Freedom – Tombe la neige…

Le « métier » de testeur de jeux vidéo est, je l’avoue, en général plutôt cool. En effet, recevoir en avance les jeux, pouvoir jouer aux derniers triple A, être invité dans des studios pour voir et essayer leurs dernières nouveautés, on peut dire que c’est plutôt exaltant. Et c’est aussi la possibilité de découvrir en avant-première des petites perles indé, il y a bien pire dans la vie. Là où c’est moins agréable, c’est lorsque l’on reçoit des « petits » jeux qui, après essai, sont vraiment décevants, voire mauvais. C’est ici que le travail prend son sens, car critiquer les faiblesses du jeu sans tomber dans le « lynchage » non argumenté tout ça en essayant de trouver objectivement des points forts, ce n’est pas toujours une mince affaire. Vous l’aurez compris, Snow Moto Racing Freedom fait partie de ces titres dont il est compliqué d’identifier les forces.

Ayant passé de réels bons moments sur Sled Storm sur PS2 (j’avoue n’avoir jamais essayé le premier du nom sur PS1), l’arrivée de Snow Moto Racing Freedom me laissait à la fois dubitatif et intrigué. Mes craintes furent bien vite confirmées : pas de fun, pas de vitesse et encore moins de prouesse graphique…

Trois modes de jeux, trois fois plus d’ennui

Dès l’entame d’une partie, il vous est proposé de créer votre avatar : couleur de combi, nationalité, prénom et genre sont les seules modifications possibles. Une fois prêt, nous voici parti dans le choix du mode : Championnat, Événement et Multijoueur local.

Le mode Championnat contient trois sous-catégories. Le Sprint, qui porte plutôt bien son nom, vous poussera à jouer des coudes pour passer en premier les arches qui servent de checkpoint et franchir la ligne d’arrivée en tête. Le Snowcross vous fera participer à une simple course de plusieurs tours autour d’un circuit « fermé ». Et enfin, la Freedom League que vous ne débloquerez que lorsque votre avatar aura atteint le niveau « pro ». Le mode Événement propose, quant à lui, les modes Sprint et Snowcross mais également une partie Freestyle dans laquelle vous pourrez, à coups de backflip, 720 et autres bodyflip, tenter d’amasser le plus de points possibles afin d’empocher la victoire. Pour terminer, il est possible de se promener et faire ce qu’on veut dans des limites presque infinies grâce au mode « détente ».

Techniquement pas à la hauteur

Graphiquement, le soft ne propose rien, les motoneiges sont mal modélisées et les personnages robotisés sont tous semblables. La neige, elle, ressemble à de la neige mais sans plus. Les traces sont monotones et raides, les arbres ressemblent à des roseaux et l’effet de lumière lors des courses de nuit n’apporte rien.

Les collisions sont ridicules, vous pourrez vous envoler pour un petit caillou sur la piste mais resterez bien ancré sur votre siège après un frontal avec une porte checkpoint. L’IA bien trop agressive n’hésitera pas à vous rentrer dedans pour passer, le tout en se moquant éperdument de la trajectoire utilisée.

La bande-son n’arrange rien : un mélange entre pop et rock sorti d’une cave, ça ne colle pas du tout à la thématique. Où sont les riffs de Rob Zombie ? Les bruitages font vraiment peur, les motoneiges font un bruit de tondeuse à gazon, et les collisions un bruit aussi réel que le menton des frères Bogdanov… Rien de bien folichon.

Alors c’est beau hein ?

C’est jouable mais pas trop

Au niveau de la prise en mains, c’est pas trop mal. C’est ici que, pour moi, le titre va prendre ses quelques points. En effet, on prend vite le pad en mains et on arrive plus ou moins aussi vite à réaliser quelques trajectoires de courses et quelques tricks intéressants. Mais a contrario, les limites de la maniabilité sont atteintes tout aussi rapidement : des demi-tours venus d’ailleurs, des tricks qui pour des raisons obscures te font t’écraser la tronche sur la poudreuse, un turbo ingérable… j’en passe et des meilleurs.

Note

3/20

À moins de n'avoir que ce jeu-là sous la main, je ne vois pas l’intérêt d'acheter ce titre. Prévoyez plutôt d'aller tondre la pelouse, ça sera encore plus amusant. Une physique lamentable, des graphismes décevants et du fun inexistant, voici le melting-pot de Snow Moto Racing Freedom. FUYEZ PAUVRES FOUS !

Laissez un commentaire

* champs obligatoires