Rocket League – le Footcar dans la poche !

Véritable tornade eSport raflant tout sur son passage, Rocket League débarque sur Nintendo Switch en cette fin d’année. Si vous ne connaissez pas le titre de Psyonix, son concept est on ne peut plus simple et accrocheur : aux commandes de voitures téléguidées, les participants disputent un match de foot, de basket ou de hockey. Ca paraît con dit comme ça, et pourtant c’est diablement efficace !

Après le PC, la PS4 et la XBO, il ne restait plus que le marché Nintendo à conquérir pour le jeu et c’est désormais chose faite. Disponible uniquement en dématérialisé, la version Switch du jeu embarque tout le contenu déjà disponible sur les autres supports, tout en rajoutant deux véhicules exclusifs, aux couleurs de Super Mario et Metroid. Petit détail sympa, qui rappelle les costumes alternatifs Nintendo de Bayonetta sur Wii U, les effets sonores de ces véhicules exclusifs respectent à la note près le sound design des jeux dont ils sont inspirés. Si le Vaisseau de Samus se déplacera en reproduisant le son du moteur de la célèbre chasseuse de prime, c’est avec la Mario NSR que le tout est soigné dans les moindres détails : à chaque saut retentira le son si typique des bonds de Mario dans Super Mario Bros sur Nes, tandis que lors de l’utilisation du turbo une mélodie rappelant le roulement des items dans Mario Kart se fera entendre. C’est complètement gadget, mais les deux véhicules (se déclinant en version alternative Dark Samus ou Luigi NSR selon que le joueur se trouve dans l’équipe bleue ou orange) ont le mérite d’exister et feront plaisir aux fans.

Le jeu en ligne bénéficie d’un plus non négligeable : la possibilité de jouer en cross platform avec les joueurs PC et Xbox (malheureusement, Sony se montre toujours aussi réfractaire au partage de serveurs avec ses concurrents), offrant un online stable et fourni en joueurs de tous horizons et tout niveau. Sur la télé, et afin de garantir une fluidité exemplaire et obligatoire au confort de jeu, le titre se révèle quelque peu moins beau – surtout dans ses effets de lumière – que sur PS4 (la seule version dont je dispose pour faire la comparaison), mais dans le feu de l’action on n’a vraiment pas le temps de s’attarder sur de tels détails. Comme d’habitude avec la Switch, le jeu gagne en superbe une fois passé sur l’écran « miracle » de la portable, et je dois reconnaître que l’expérience, pour peu que l’on joue seul, est assez agréable dans ce format. Multi oblige, le jeu est compatible avec l’utilisation d’un seul Joycon comme manette. Ca fonctionne bien, mais prévoyez les dragonnes car les gâchettes de base des Joycon se révèlent assez inconfortables sur le long terme. Le jeu peut également se jouer en écran splitté sur la portable, un excellent moyen de faire découvrir le concept du jeu à des amis.

Verdict: 16/20

Excellent portage, sacrifiant quelque peu sa superbe pour garantir une fluidité à toute épreuve, cette version Switch du phénomène Rocket League se pose comme un incontournable de la console. Que ce soit en local ou en ligne, le titre de Psyonix reste une valeur sûre du jeu à plusieurs.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

  • Rocket LeagueRocket League (1)
    Vous aimez le foot et les courses automobiles et vous rêvez de mélanger les deux ? Eh bien Rocket League est fait pour vous ! Le studio Psyonix nous avait déjà concocté un jeu du même […]
  • Super Mario Kart : entretien avec un champion du mondeSuper Mario Kart : entretien avec un champion du monde (11)
    Super Mario Kart, le premier de la série, revient dans l'actualité avec une sortie sur la Console virtuelle de la Wii U. À cette occasion, Press-Start a posé quelques questions à un pilote […]

Laissez un commentaire

* champs obligatoire