Fable Fortune – La bonne carte à jouer ?

Attention, au moment de l’écriture de ce test, le jeu est encore en accès anticipé et en beta, ce qui signifie que des points pourraient être corrigés et/ou améliorés au moment de sa sortie officielle. Je ne peux que recommander d’attendre la sortie officielle du titre avant de vous jeter dessus.

Avec le succès sans bornes d’Hearthstone de Blizzard, nous pouvons sans coup férir affirmer que les jeux de cartes virtuels ont le vent en poupe comme le démontre l’arrivée de nombreux challengers sur le marché. Sans grand étonnement, nous voyons désormais poindre la qualification « d’Hearthstone-like » au grand dam des prédécesseurs comme Magic the Gathering ou encore Duel of Champions qui n’ont pas réussi à se faire une place au soleil face au mastodonte Blizzard. C’est donc dans ce jeu de quille déjà bien en place que débarque Fable Fortune, jeu de carte virtuel hérité de l’univers foisonnant de Peter Molyneux qu’est Fable – qui, pour la petite histoire, date tout de même de l’an de grâce 2004 et paru sur Xbox par le développeur Lionhead Studios.

Fable Fortune est lui pris en charge par le duo Mediatonic et Flaming Fowl Studios. Si Mediatonic ne vous dit rien, je pense que le nom d’Hatoful Boyfriend doit vous rappeler des souvenirs, ne fût-ce que de nom. Flaming Fowl Studios, quant à lui, a été fondé par des anciens de chez Lionhead. Nous pouvons donc être rassurés quant au lien de parenté entre Fable Fortune et son ancêtre.

Revenons plus sur le ce jeu de cartes en lui-même. Essayer de s’imposer face à un Hearthstone n’est pas chose aisée. Les développeurs entrevoient dans ce genre de cas deux solutions possibles. Soit on s’inspire grandement de ce qui existe déjà et on y apporte quelques modifications pour faire genre « Non, ce n’est pas vrai, je suis pas comme les autres jeux de cartes que tu connais, moi je suis différent, les autres c’est tous des salauds et moi seul pourrai t’apporter du bien-être ». Soit on essaye purement et simplement de reprendre le concept à la base. Si les jeux de cartes qui utilisent le second concept ne sont pas légion, Fable Fortune arpente le premier chemin. D’aucuns diraient qu’il s’agit de celui de la facilité, mais c’est un peu plus subtil que cela.

Pas avare en contenu

 

Si les mécaniques de jeu sont bien sûr usuelles pour la catégorie, Fable Fortune tient à apporter différentes nouvelles choses qui restent uniques pour ce segment. Nous pourrons par exemple retrouver 3 plateaux de jeux différents, la possibilité de créer des decks de cartes personnalisés ou des cartes qui pourraient nous manquer en en détruisant d’autres. Au total, ce ne sont pas moins de 250 cartes qu’il est possible de récupérer. Lesdites cartes sont aussi bien neutres (utilisables par tous les héros) qu’uniques aux héros.

Les héros, parlons-en. D’entrée six sont disponibles : l’Alchimiste, le Fossoyeur, le Chevalier, le Marchant, le Prophète et le Changeur de forme. Tous les héros sont d’ailleurs issus de Fable, connus et reconnus par les amateurs du jeu de Peter Molyneux. Ces derniers héros disposent d’un sort qui leur est unique. Dans le cas du Fossoyeur par exemple, il consiste à faire apparaitre sur le plateau de jeu deux nouveaux serviteurs de faible capacité. Idéal pour noyer le plateau par exemple et ruser avec les mécaniques de certaines cartes comme « détruire une carte amie et piochez deux cartes ».

Si le fonctionnement des cartes est, comme je le disais, usuel, certaines subtilités interviennent avec l’introduction du système de moralité. Au début de partie vous pourrez choisir une quête à accomplir. Ces dernières sont diverses et variées et proposent par exemple de jouer 3 cartes dont la force est supérieure à sa vie ou encore de jouer 3 sorts qui coûtent une pièce ou plus. En réussissant la quête, vous débloquerez votre côté bon ou diabolique. En plus de débloquer un avantage en jeu, cela va aussi influencer le comportement de certaines cartes qui vont changer en rapport à votre choix. Par exemple, la carte du Colonel Endurci pourra soit octroyer un bonus de 2 en vie et en attaque en plus de devenir un garde (carte qui prend les coups en priorité) ou alors donner aux unités adjacentes un bonus de 2 en attaque et en vie. Au total, vous pourrez choisir votre moralité trois fois en cours de partie, une nouvelle quête étant à choisir une fois la précédente achevée et chacune pourra avoir un impact décisif sur la partie. Cette nouvelle mécanique, très intéressante, ne sera pas à négliger !

Dernier point de gameplay qui peut allonger les parties, la possibilité d’ajouter cette mécanique de gardien pour un coup minime d’une pièce. Si des cartes ont ce comportement par défaut, vous pouvez l’ajouter en plus à n’importe quelle autre carte pour la durée du tour, de quoi vous permettre de temporiser une partie un peu mal embarquée et espérer que le dieu de la pioche aléatoire soit de votre côté.

Le jeu étant encore actuellement en béta, tous les modes de jeu prévus ne sont pas encore disponibles. Actuellement nous avons droit aux choses bien connues comme le joueur contre joueur ou l’entrainement contre l’IA (corsée, qui plus est, même en « normal »). Un mode solo est dans les tuyaux et débarquera techniquement sous peu avec pas mal d’autres choses encore (nouvelles arènes, un tutoriel, de nouveaux héros, de nouvelles cartes, etc). Cependant, un autre mode de jeu a piqué notre curiosité et n’est absolument pas répandu dans le domaine à l’heure actuelle : un mode coopératif. Vous pourrez en effet affronter l’IA aux côtés d’un de vos valeureux amis. La classe !

Pour conclure, sous ses apparats de copie brute de décoffrage d’Hearthstone, Fable Fortune possède bel et bien ses propres arguments pour essayer de tirer son épingle du jeu. Mais cela sera-t-il suffisant ? D’autres ont essayé et se sont malheureusement cassé les dents. Qui plus est, de nombreux autres jeux de cartes sont annoncés et proposent tous des mécaniques inédites, en commençant par exemple par le jeu Gwent de chez CD Projekt Red qui rend hommage au jeu de cartes présent dans Witcher 3. De nombreux concurrents donc pour ce Fable Fortune qui n’en est encore qu’à ses prémices et j’espère qu’il arrivera à imposer une fan base solide car ce petit dernier dispose de qualités indéniables pour peu qu’on connaisse ou qu’on désire découvrir le monde de Fable.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

  • La fin de la FableLa fin de la Fable (2)
    Dans la jungle, terrible jungle du jeu vidéo, le studio Lionhead est mort ce soir. Une triste nouvelle, sauf pour les hyènes qui ricanent sur le corps froid du félin. Quatre ans qu’elles […]
  • Fable AnniversaryFable Anniversary (1)
    Etrangement, je n'avais jamais mis les mains sur Fable. Je suis pourtant un grand consommateur de RPG... J'ai certainement dû être victime d'une faille dans le continuum espace-temps ! […]

Laissez un commentaire

* champs obligatoire