Dead Cells – Viande morte en cellule de détention

Je dois avant tout confesser la difficulté que j’ai à écrire cet article. Pour la simple raison que je trouve le jeu très bon. Tellement bon qu’il m’est très compliqué de savoir par où commencer, alors commençons par le commencement, à savoir un truc informe et vert. Qu’est-ce donc ? Et bien peu importe, puisque cette chose rampe déjà vers le cadavre d’un prisonnier fraîchement décapité, s’en empare et ce dernier semble reprendre vie. Enfin vie… sans tête, mais capable de se lever, de se déplacer, de sauter, de raisonner mais surtout de se battre. Si dans un premier temps on peut se demander pourquoi personne ne semble étonné de cette situation, vous apprendrez rapidement que vous n’êtes pas un cas isolé et… C’est actuellement tout ce que vous en saurez, l’histoire étant encore à intégrer au jeu car oui, malgré mon ton déjà élogieux, le jeu n’est encore qu’en Early Access et depuis peu en plus le bougre ! Pour assister à ma première demi-heure de découverte de ce jeu, la vidéo est disponible en fin d’article !

Dead Cells (image 1)

Tout va bien se passer, vous venez d’entrer dans la dimension de l’Early Access !

Un hybride mi-Rogue Legacy, mi-Dark Souls

Deux jeux que tout oppose se retrouvent aujourd’hui fusionnés en un seul : la rigueur du gameplay de Dark Souls, ses combats endiablés ne laissant pas droit à l’erreur et ses hordes d’ennemis dans une ambiance plutôt glauque font la rencontre d’un donjon constamment en mouvement et étrangement coloré. Chacune de vos morts vous dépouille de tout ce que vous avez difficilement obtenu, vous remettant à l’entrée d’une prison aux couloirs différents. Une prison où votre décès ne vous rapportera que l’expérience de jeu nécessaire pour tenter de retarder l’heure de votre prochain trépas. Chaque ennemi vous rapporte de l’or mais également d’étranges cellules que vous pourrez alors apporter au collecteur, homme étrange qui vous prendra vos orbes pour avancer dans ses recherches et débloquer (ou améliorer) moult armes, boucliers et autres accessoires afin de vous aider à progresser. Depuis l’épée qui inflige plus de dégâts à l’ennemi en cas de saignement, à la bombe qui gèle votre adversaire en passant par le bouclier qui fait sauter les dents en or des imprudents qui tenteraient de vous attaquer, chaque élément a pour but de proposer un gameplay différent, permettant parfois même des enchaînements dantesques qui pourraient vaporiser tous vos ennemis… Si toutefois vos stats sont suffisamment élevées !

Dead Cells 2

Récupérez des cellules pour le collecteur et améliorez les armes à votre disposition.

Un plaisir pour les yeux et les oreilles

Les graphismes et la bande son représentent à la fois une grande qualité et un faux point faible du jeu. Avant toute chose, la 2D et les pixels, on aime ou on n’aime pas, mais malgré des pixels assez gros, force est de constater que les graphismes sont détaillés jusque dans les plus petits éléments et que les décors deviennent somptueux une fois passé le premier niveau. Que ce soit le coucher de soleil alors que l’on parcourt le toit en ruine d’un ancien château ou les montagnes de cadavres d’un charnier mettant mal à l’aise, le sens du détail est impressionnant. Il m’est arrivé quelquefois de réaliser que le décor était en fait « vraiment pas mal », me valant une mort immédiate par un ennemi que je n’avais pas calculé. La bande son subit le même sort. Pris dans les combats, les actions nécessaires et les réflexes requis, j’ai mis quelques heures avant de me rendre compte des accords joués en fond. C’est en poussant au maximum le volume de la musique que j’ai pu les percevoir et parfois perdre pas mal de temps à seulement me laisser transporter par la musique, ratant ainsi l’occasion de franchir certaines portes. Par chance, Yoann Laulan, Valmont de Ragondas de son pseudo, nous propose son OST en écoute libre sur Bandcamp et vendue pour la modique somme de 3€.

Une course contre le temps ?

L’existence de portes pouvant être traversées uniquement dans un temps limité m’a quelque peu surpris. Ces portes ne recèlent encore que de l’or, nécessaire pour profiter des magasins. Le but initial étant de récompenser les joueurs assez rapides en leur évitant de se laisser dépasser par un équipement trop rapidement obsolète. L’utilité de ces portes est en réalité caduque, car un upgrade réduisant la perte d’or à un minimum en cas de décès permet à terme de ne plus jamais être en manque de monnaie. Les salles en question offrent généralement entre 500 et 1.300 pièces d’or, en sachant qu’à ce stade, je commence une partie avec en poche entre 16.000 et 23.000 pièces d’or, un objet en magasin coûtant entre 1.500 et 3.500… Un rééquilibrage ou une nouvelle utilité devra probablement être trouvée. C’est le cas aussi des petites pièces que l’on peut parfois croiser et qui ne renferment absolument rien.

Dead Cells 4

Un peu trop juste, vous ferez mieux la prochaine fois !

Des armes et des bombes pour les meilleurs combos !

Parlons équipement ! 22 armes (épées, arcs, boucliers) et 15 équipements secondaires (bombes, tourelles, essaims, pièges à loup, …) sont actuellement en jeu, proposant leurs propres capacités : empoisonnement, saignement, gel, brûlure, étourdissement, électrocution, pour ne parler que des principales. Mais là où les choses deviennent intéressantes, c’est lorsque chacun de ces éléments propose un effet supplémentaire aléatoire : dégâts supplémentaires en cas d’état anormal, explosion de l’ennemi ou même invocation de larves alliées en cas de mort de l’adversaire. De plus, chaque arme possède un niveau. Dans les premiers tableaux, vous trouverez des armes de niveau 1 ou 2 et c’est en progressant que vous récupérerez des armes de niveau supérieur. Il pourra néanmoins vous arriver de refuser une arme plus puissante ou d’un meilleur niveau au profit de votre bonne vieille lame rouillée mais permettant des combos plus intéressants.

Dead Cells 5

Quand je vous dis que c’est beau !

Les choses à venir

Lors d’une interview avec MisterMV, deux personnes de l’équipe ont répondu aux questions de la communauté. On y a a appris que le scénario sera peu à peu dévoilé au travers de PNJ et que certains éléments seront ajoutés : un mode de difficulté supérieur pour les plus hardcore, un mode time attack pour les speedrunners et un challenge basé sur une partie préétablie chaque jour. Des niveaux, objets et améliorations supplémentaires sont également attendus. Pour parler franchement, même s’il se trouve encore au début de sa période d’accès anticipé, le jeu nous vend déjà du rêve. Je précise par ailleurs que je n’ai suivi cette interview qu’après ma vidéo de découverte (insérée en fin de test), cela dans le but de livrer mon avis sans élément extérieur pour m’influencer. De ce fait, certains éléments de mon discours ne colleront probablement pas avec ce que j’ai écrit. Je pourrais encore vous parler de tellement de choses, les routes alternatives, les portails secrets, les malédictions, etc. Il me faudrait un dossier entier pour traiter ce jeu, tant il est déjà complet. Mangez-en, c’est du bon !

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Google+

Sur le même sujet...

  • Shovel Knight – Au tour de Specter KnightShovel Knight – Au tour de Specter Knight (4)
    Yacht Club Games avait encore des choses à nous raconter dans l’univers de Shovel Knight : la création de l’ordre des chevaliers malfaisants. Incarnez le morbide Specter Knight dans cette […]
  • Splasher – Attention peinture fraiche !!!Splasher – Attention peinture fraiche !!! (0)
    L’équipe de Press-Start vous avait fait découvrir Splasher en preview lors de la couverture de la Gamescom 2016 l’été passé. De l’eau a coulé sous les ponts depuis, une nouvelle année est […]

Réactions

Laissez un commentaire

* champs obligatoire