Sesame Credit, ou Big Brother est un joueur

Sesame Credit, ou Big Brother est un joueur

Imaginez: nous sommes en 2020, le partage d’informations sur les réseaux informatiques et la consommation en ligne est encore plus importante qu’en 2016. Cependant, chaque achat, photo mise en ligne ou opinion exprimée est jugé par un système de jeu qui vous donne ou enlève des points et dont le score total peut être vu de tous. Ça pourrait être le scénario d’un film d’anticipation mais la Chine a réellement signé une loi qui va rendre un tel système obligatoire pour tous ses concitoyens d’ici 4 ans.

La gamification ou l’art de tout rendre fun

Avant de rentrer dans le détail de ce qui se passe dans le pays du milieu, il est important que je vous explique une notion peut-être inconnue pour vous: la gamification ou ludification. Le terme en lui-même fut introduit en 2002 par un programmeur et inventeur anglais du nom de Nick Pelling mais commença a être utilisé couramment à partir de 2010.

Le principe est simple: il s’agit d’intégrer des éléments et mécaniques de jeux dans une ou plusieurs actions qui de base n’a aucun élément ou système ludique, afin de les rendre plus fun, voire parfois d’en améliorer les résultats. C’est un concept qui ne date pas d’hier : la distribution de bons points à l’école, que l’on pouvait ensuite échanger contre une plus grosse récompense, n’a rien de très différent à côté de la collecte d’argent dans un jeu de rôle pour ensuite acheter la toute dernière armure à la mode à son personnage.

Quand on y pense, le système de badges qui nous pousse à utiliser les différentes options de Steam est aussi une forme de gamification.

Quand on y pense, le système de badges qui nous pousse à utiliser les différentes options de Steam est aussi une forme de gamification.

Mais avec la popularisation du jeu vidéo et des applications mobiles, la pratique se développe de plus en plus et surtout dans différents domaines: éducation et formation, publicité, sport, recrutement… Bref je vais enlever mes lunettes de professeur avant de vous endormir car il y aurait de quoi faire un long dossier sur le sujet. Seulement, gardez bien à l’esprit que certaines personnes n’hésitent pas non plus à critiquer ce système en dénonçant la possible manipulation des utilisateurs. Et avec l’exemple qui va suivre, on va avoir du mal à leur donner totalement tort.

La carotte ou le fouet

Durant l’année 2015, 8 compagnies chinoises lancent des applications en partenariat avec le gouvernement avec un but avoué: la gamification de la vie du peuple chinois. En d’autres termes : encourager les gens à être de “bons citoyens”. L’exemple d’application la plus connue est Sesame Credit, parce qu’elle a été développée par la société Tencent Holdings, structure tentaculaire détenant une multitude de sites internet et de jeux en Chine, ayant aussi des parts chez Epic Games ou encore ayant terminé le rachat de Riot Games en 2015. On peut donc dire que Tencent est ce qui se rapproche le plus d’un Google/Amazon/Facebook/Steam chinois.

L’application mobile est d’abord liée au compte du site d’e-commerce Alibaba (oui, on repassera pour la subtilité des noms) de l’utilisateur. Ce qui représente déjà une sacrée base de données vu que le site est le principal concurrent d’Amazon dans ce pays. Cependant, Sesame semble aussi pouvoir vérifier les posts et media partagés sur les réseaux sociaux détenus par la compagnie, eux aussi très populaires.

L'application est sobre et claire, que ce soit pour donner votre score...

L’application est sobre et claire, que ce soit pour donner votre score…

De toutes ces informations, le système vous donne ou enlève des points pour un score allant de 350 à 750. Mais ici, pas question d’obtenir un coupon de réduction en récompense d’un haut score, mais des avantages bien plus importants: facilité pour obtenir un prêt bancaire, accéder à un entretien pour un job ou même réduire la durée d’attente pour l’obtention d’un passeport. Et si votre score est bas ? Pour le moment rien, aucune pénalité officielle, même si on murmure que ralentir la connexion internet des “scores bas” serait envisagé par exemple.

Concrètement, si vous achetez des produits d’origine chinoise, que vous postez une critique positive de la dernière loi du gouvernement ou partagez en photo le dernier défilé national sur les réseaux sociaux, il y a de grandes chances que votre score monte en flèche. Ce qui sera moins le cas si vous achetez des produits culturels étrangers ou partagez un article critiquant les mesures du pouvoir.

...Ou les paramètres ou vous devriez faire des efforts.

…Ou les paramètres où vous devriez faire des efforts.

On comprend alors que Sesame Credit et consorts sont de vrais outils de propagande du pouvoir chinois pour promouvoir une certaine vision et un mode de vie particulier. Et pourtant, si ça s’arrêtait là…

La tactique du vilain petit canard

Car si l’application peut vérifier vos posts et partages sur les réseaux sociaux, elle peut aussi voir votre liste d’amis et leur propre score sur Sesame Credit. Et là vient le coup de grâce: si dans vos amis, vous avez des gens avec un score bas, vous perdez alors de précieux points et potentiellement les avantages que vous avez acquis auparavant.

Pour faire simple, l’application vous encourage à vous débarasser de toutes relations avec les personnes “indésirables”, les isolants ainsi peu à peu des réseaux sociaux.

"Moi le Dimanche, c'est facture, piscine et triage de mes amis."

« Moi le Dimanche, c’est facture, piscine et triage de mes amis. »

Pour rappel, si pour le moment seul les gens qui le désirent peuvent télécharger et utiliser Sesame Credit, l’un des 8 programmes tests deviendra lui obligatoire dans 4 ans pour tous les citoyens chinois, ce qui a le potentiel de créer un nouveau moyen de pression et de contrôle sur la population en remplaçant la peur et la menace par le plaisir de monter son score et d’y gagner des récompenses.

The dark side of the game

De tout cela, je vous encouragerais à retenir 3 choses:

 1. Rester vigilant: On peut croire que Sesame Credit est un phénomène propre à la Chine où, par exemple, mettre un score représentant sa santé financière sur un site de rencontre est un des points les plus importants. Cependant rien ne dit qu’un tel système ne pourrait arriver en Occident. Le site Klout par exemple peut évaluer votre popularité sur les réseaux sociaux et vous permettre de rendre votre score public. On est loin d’un Sesame mais l’outil de base est lui bel et bien là.

 2. Ne perdez pas foi dans les jeux: Si je vous ai exposé l’expérience de ludification la plus noire à l’heure actuelle, cela ne veut pas dire que d’autres, beaucoup plus bénéfiques, ne peuvent pas exister. Les mécaniques de jeu sont un formidable outil qui permet de sensibiliser et d’encourager les gens. Alors si un jour, vous devez critiquer un tel système, il pourrait être sage de d’abord critiquer la manière dont les gens s’en servent.

 3. Continuez de jouer: Car on ne devrait pas avoir peur de quelque chose qui nous donne du fun.

 o-VIDEO-GAME-KIDS-facebook

En attendant, créez bien, jouez bien et surtout portez-vous bien.

 

PS: Je vous mets en lien la vidéo de la chaîne Extra Credits qui est une excellente entrée en matière si vous voulez continuer à creuser le sujet. Par contre, le contenu est en anglais.

Réactions

  • Cyborg Jeff le 22/01/2016

    Très bonne idée que cet article qui devrait intéressé pas mal de lecteurs : )

    Répondre
  • spacecowboy le 26/01/2016

    Je crois effectivement que la gamification est un procédé à tenir à l’oeil attentivement. Si l’aspect ludique de la chose est clair, le but sous-jacent peut être extrêmement pernicieux. Car si on attire les gens dans un moule grâce au jeu, on dévoie totalement l’esprit du jeu.

    Cependant, je trouve un bel avenir à la gamification dans le domaine du travail, comme un outil de valorisation non lié au salaire.

    Bravo pour ce bel article très intéressant !

    Répondre
  • Cyborg Jeff le 04/07/2018

    Tiens, il y a un épisode de Black Mirror qui me fait grandement penser au sujet abordé par cet article !

    Répondre

Laisse un commentaire

* champs obligatoires