Moss –  Une aventure aussi courte que son titre

Moss – Une aventure aussi courte que son titre

La réalité virtuelle vaut-elle le coup ? Quand on pose cette question à un joueur lambda, il y a de fortes chances qu’il réponde que cette technologie n’en vaut pas la peine à cause de son prix trop élevé et du manque de jeux qui profitent réellement de celle-ci. Avec Moss, le studio américain Polyarc a souhaité pallier ce manque en sortant un jeu à l’univers enchanteur et au gameplay inventif qu’on a peu l’occasion de voir sur un écran normal.

Bonjour, Lecteur

Le casque devant les yeux, nous sommes transportés dans une cathédrale. Devant nous se trouve un livre, le titre « Moss » est inscrit dessus. Manettes en mains, nous l’ouvrons. La voix d’une narratrice se fait entendre. « Te voilà enfin, cher lecteur » nous dit-elle. La narratrice nous explique que le monde dans lequel nous sommes sur le point de nous plonger a été ravagé par la guerre et le mal. C’est dans ce monde que nous, Lecteur, allons former un binôme avec un être aussi mignon que singulier : Quill.

Quill est une petite souris vivant dans le monde de Moss. Avec ses compères, elle habite une toute petite maison avec son oncle dans une clairière. D’un naturel aventurier, Quill s’est éloignée de son village. Près d’un marais, elle a trouvé une relique lui permettant de nous voir nous, Lecteur. Une fois cet objet ramassé, nous pouvons contrôler les déplacements de Quill avec la manette de gauche. La manette de droite quant à elle nous permet d’interagir avec le monde grâce aux pouvoirs du Lecteur. C’est comme cela qu’au fil de notre aventure nous pourrons résoudre les puzzles bloquant la route de Quill. Nous y reviendrons plus tard.

Ce qui est réellement surprenant la première fois que nous sommes transportés dans le monde de Moss, c’est la beauté des décors. Nous sommes un être humain dans un monde à l’échelle d’une souris. Ce monde nous semble tout petit, mais il regorge de détails éclairés d’une façon assez incroyable, les mettant en valeur pour le plus grand plaisir de nos yeux. Les premières minutes du jeu n’avanceront sans doute pas très vite tant le joueur aura envie d’apprécier chaque recoin de ce monde enchanteur.

Bonjour, cher casse-tête

De retour chez elle, Quill ne tarde pas à montrer à son oncle cette relique qu’elle a trouvée. Paniqué, l’oncle n’a plus le choix que de partir, pour une raison inconnue mais très importante. Mais avant ça, il fait promettre à Quill de ne pas le suivre car cela pourrait être très dangereux. Plus tard, pendant la nuit, une sorte de sphère scintillante réveille Quill. Celle-ci lui demande de la suivre car elle sait où se trouve son oncle, mais elle sait surtout qu’il est en danger.

Ainsi débute l’aventure de Quill. Sa route ne tarde pas à s’arrêter devant un puzzle. Ces puzzles sont très bien pensés. Il s’agit bien souvent d’ouvrir un passage fermé de l’autre côté. Pour ce faire, grâce aux pouvoirs du Lecteur, nous pouvons mouvoir certaines parties du niveau scintillant en bleu afin de créer une plateforme, un ascenseur, d’ouvrir une porte, etc. De plus, Quill peut activer des interrupteurs afin de progresser. Cependant, certains de ces interrupteurs se trouvent hors de portée, et c’est sans compter les ennemis que rencontrera notre aventurière sur son chemin. En effet, plusieurs types d’ennemis robotisés peupleront certains puzzles, du simple sbire à la forme d’un crabe mécanique à la mine sur patte qui explose au moindre contact. Quill possède une épée et peut sans problème venir à bout des ennemis et éviter leurs coups, mais ceux-ci peuvent aussi faire partie intégrante du puzzle. Grâce aux pouvoirs du Lecteur, nous pouvons prendre le contrôle d’une de ces machines ambulantes afin d’actionner un interrupteur en tirant dessus ou encore en stationnant dessus, ce qui rajoute une dimension assez inédite dans un jeu à puzzle.

Toutes ces mécaniques rendent les puzzles amusants à résoudre, lesquels sont rarement frustrants. Leur difficulté augmente au fur et à mesure que nous progressons dans le jeu sans jamais atteindre une trop grande complexité. En outre, si le joueur reste bloqué trop longtemps sur un puzzle, Quill pourra l’aider en lui montrant comment procéder. Par contre, ce qui est frustrant, c’est le manque de précision des contrôles avec le HTC Vive. Les manettes de celui-ci ne disposant pas de joystick, seuls les trackpads nous permettent d’accomplir toutes les actions normalement effectuées avec un joystick et des boutons. Du coup, les puzzles pourtant si bien pensés et les combats normalement simples deviennent un vrai calvaire. Tout ceci ne concerne heureusement pas l’Oculus Rift ni le PSVR car leurs manettes possèdent joysticks et boutons.

Au revoir

Le jeu n’est malheureusement pas très long. Avec une durée de vie de 4 heures et quasiment aucune rejouabilité si ce n’est la recherche de collectibles sous la formes de pièces de puzzle, le jeu laisse quelque peu le joueur sur sa faim. En effet, bien que narrativement peu intéressante, l’aventure de Quill était très bien rythmée entre puzzles, combats et passages de lecture. Tout ceci était porté par une bande son poétique composée par Jason Graves à qui l’on doit la bande originale du reboot de Tomb Raider ou encore celle de Far Cry: Primal. Comme dit précédemment, les environnements, la direction artistique, la lumière, les détails, tout ceci rend l’aventure de Quill inoubliable. Heureusement, une suite a été annoncée, espérons qu’elle soit plus longue cette fois.

Note

17/20

Moss pourrait bien être le premier jeu à rendre un casque VR indispensable. Bien que très courte, l'aventure est plaisante de bout en bout. Mignon et débordant de charme, ce conte pour tout public émerveillera sans aucun doute quiconque s'y plongera. Le seul réel problème reste la prise en main avec le HTC Vive (contrairement à l'Oculus Rift et au Playstation VR). J'espère donc que la suite reverra les contrôles avec ce casque en offrant une durée de vie supérieure. En tout cas, ce jeu prouve que la VR est bel et bien un support qui a de l'avenir !

Réactions

  • Spacecowboy Be le 01/09/2018
    Spacecowboy Be

    C’est sans doute le jeu qui m’intéresse le plus en matière de réalité virtuelle. Un tel univers en pleine immersion, c’est la logique même. J’ai aussi l’impression que le rythme posé des énigmes ne doit pas retourner les estomacs fragiles 😉

    Répondre
    • Wiktor Castillo le 02/09/2018
      Wiktor Castillo

      Le point de vue du joueur survolant les différents niveaux en restant, ça ne donne pas nausée 🙂

      Répondre
  • Cloud96 le 01/09/2018

    Il est si court ? Dommage. Un peu dans le style de Little Nightmares …

    Répondre
  • Pierre Cyborgjeff Martin le 02/09/2018
    Pierre Cyborgjeff Martin

    Ah ça donne envie ce jeu. J’ai justement un Casque VR en prêt qui traine dans un coin. J’ai testé 3 jeux en me disant vraiment que c’était un gadget et avec beaucoup de déception, mais je le retrancherais bien pour tester ce jeu !

    Répondre
  • Pierre Cyborgjeff Martin le 02/09/2018
    Pierre Cyborgjeff Martin

    Tiens et sinon, il est à quel prix ce jeu là ? Pcq c’est vrai que je trouve qu’il n’y a pas grand chose comme jeu dispo

    Répondre

Laisse un commentaire

* champs obligatoires