La PS4 sort du bois… ou pas.

La PS4 sort du bois… ou pas.

Ce mercredi 20 février a animé la scène vidéoludique tout autour de la planète. Sony, alors que sa PS3 n’a pas eu le succès pharaonique de ses grandes sœurs PS1 et PS2, a frappé fort afin de se refaire une santé dans le cœur des gamers acharnés. Dans un contexte de transition où les règles de la passation de pouvoir entre les générations semblaient limpides, l’annonce d’une conférence de Sony a fait jaillir les espoirs d’y apercevoir du concret PS4 et a boosté la curiosité de bon nombre d’amateurs.

padzoom

Pour resituer la chose, notez que la Wii U, dernière console de Nintendo, est disponible depuis fin novembre 2012. Cette machine à la puissance relative et au catalogue encore trop maigre n’a toujours pas convaincu le public. A côté de cela, Microsoft a déjà laissé filtrer quelques infos concernant la prochaine Xbox. Etant donné la sortie anticipée de la dernière Xbox 360 (décembre 2005) par rapport à la PS3 (mars 2007), la communauté était en droit de penser que la chronologie du défunt schéma allait se perpétrer, pour voir Microsoft présenter son produit avant le concurrent. Au risque de proposer une machine moins puissante, mais en focalisant son efficacité sur des aspects plus intelligents et intelligibles en 2013 : exclusivités intéressantes, développements plus aisés pour les développeurs, … ; la bande à Bill Gates avait pas mal de cartes en main pour continuer sa progression.

cameraprofile

Toutefois, avec cette annonce anticipée, Sony a réussi un grand coup : installer un nouveau produit dans le cœur à prendre du consommateur. Pour mener à bien cette opération séduction, il fallait distiller assez d’infos, sans pour autant prendre trop de risques et sans annihiler les effets de surprises à venir. De fait, la promesse de ce 20 février a accouché d’une conférence trop longue, ennuyeuse, sournoise mais tout de même assez intéressante pour éveiller en moi l’irrésistible besoin de vous pondre un article, résumé des informations narrées par les soldats de SONY.

padstand

Nom : PS4
Sortie : inconnue
Prix : inconnu
Pad : manette classique avec un pavé tactile et une touche Share
Support jeux : Cloud
Remarque : compatibilité PS Vita

 

Manette : Dualshock 4

Tout d’abord, le pad. Chaque console apporte son lot de nouveautés en termes d’interface entre l’homme et la machine, et à ce sujet, le champion du monde de la surprise restera Nintendo. En effet, a priori, Sony présente un pad similaire aux anciens, mais en y regardant de plus près, quelques caractéristiques semblent déjà au cœur du « changement ».
Parmi ces évolutions, vous pourrez difficilement rater le pavé tactile sur la face avant de la manette. Les autres touches se présentent de façon assez classique. Sur la tranche orientée vers la « console », une touche share permet de partager ses vidéos avec la communauté. Un port réceptacle pour casque et un haut-parleur font également leur apparition.
Au rayon « sans les mains les copains », Sony se la joue Kinect. En intégrant les fonctions du PS Move, la manette émettra un signal de mouvement. Du coup, la future Belle Princesse Noire des salons sera fournie avec une espèce de Kinect munie d’une double caméra. Originalité mon Amour.
Enfin, dans l’esprit de la récente mablette de Nintendo, la PSVita pourra supporter et afficher les softs de la PS4, et interagir avec elle. Une alternative équivalente avec les tablettes et autres smartphones a aussi été évoquée sans orgie d’informations.
Difficile de se prononcer sur une manette sans la saisir, mais gageons qu’a priori, sans rien réinventer, Sony s’inspire des dernières technologies pour se les approprier… Pourquoi pas ?

padup

La PlayStation 4 et ses entrailles

Avec un CPU x86 doté de 8 Go de RAM, la machine s’appuie sur le standard PC pour proposer une architecture connue et éprouvée qui devrait faciliter grandement la tâche des développeurs, contrairement aux architectures exotiques sélectionnées dans les versions précédentes. Même si, au jeu de « qui a la plus grosse », elle part déjà perdante face aux PC qu’on trouve actuellement, elle en aura probablement assez sous le capot pour épater les « console-gamers ». Il coule de source que la comparaison entre ces deux supports ouvre un débat inégal, toutefois cet état de fait éclairera vos lanternes quant à la surpuissance mais aussi aux limites de la dernière de Sony. En termes d’esthétique, les menus aperçus entre les coups semblaient se rapprocher de l’interface Windows 8, déjà disponible sur la Xbox 360.

pad upprofile

Cloud Gaming : Depuis le temps qu’on en parle, fallait que cela arrive…

Et oui, c’est parti. Depuis des mois, les débats vont bon train et les communautés s’opposent au sujet de l’intérêt et des commodités de cette ère imminente du partage à tous les étages. La PS4 embraye le pas et prévoit de ne proposer des titres que selon cette formule de « clouding ».
Ce Focus sur le démat’ et le partage s’étend évidemment à l’aspect communautaire de la chose. En effet, via la touche « share » évoquée plus haut, vous jouirez dorénavant de la faculté de mettre en ligne, en temps réel, vos parties, et cerise sur le gâteau, vous pourrez même être rejoint en live. Il va sans dire que cet outil de streaming vous permettra de commenter vos faits d’armes, instantanément. Enfin, cette option offre la solution au mystère de la rétro-compatibilité. En gros, en mettant une PS3 à disposition en temps réel, et un jeu via le streaming, cette alternative offrirait dès lors la possibilité de pratiquer des softs PS3, bien que l’architecture de la PS4 ne le permette pas de prime abord.
Ces fonctions communautaires surfent sur la vague de la modernité et on ne pourra pas lui reprocher. Que du contraire, ces outils apporteront confort et convivialité. Par contre, je regrette tout particulièrement l’impossibilité de ré-utiliser les jeux PS3 de ma ludothèque… La PS3 avait déjà fait le coup avec ses déclinaisons 60 Go rétro-compatibles hors de prix, remplacées par des éditions meilleur marché mais incapables de faire tourner les jeux de la machine précédente. Cette fois, la question ne se posera même pas. Par contre, vous pourrez réinvestir dans le PSN pour acquérir d’anciens titres, comme évoqué ci-haut. Tu m’étonnes…

kinectlikefront

Que dire des jeux et de la line-up de cette new generation ?

Les softs, quant à eux, ont brillé par une forme d’éclectisme. Equilibre sympathique et apéritif entre nouvelles licences et remakes des blockbusters, la line-up de la PS4 comprend 9 titres, édités par les belles maisons du secteur. Personnellement, j’ai aimé les cinématiques dévoilées par les conférenciers mais une cinématique reste une bien peu fiable promesse de réussite. Toutefois, si ces titres sont réussis, et s’ils sont cohérents avec le niveau esthétique annoncé, la barre serait déjà mise bien haut. A cet égard, espérons que l’E3 lève le voile sur bien des interrogations. Voici la line-up officielle selon Sony :

·     Driveclub (WWS Evolution Studios)

·     inFAMOUS Second Son (WWS Sucker Punch Productions)

·     KillzoneShadow Fall (WWS Guerrilla Games)

·     Knack (WWS Japan Studio)

·     The Witness (Jonathan Blow)

·     Watch_Dogs (Ubisoft Entertainment)

·     Deep Down (working title) (CAPCOM)

·     Destiny (Activision Publishing, Inc./ Bungie, Inc.)

destiny

·     Diablo III (Blizzard Entertainment, Inc.)

diablo 3

Alors, heureuse ?

Concrètement, après une lutte épique contre le marchand de sable, nous avons dû subir les palabres soporifiques des annonceurs. La conférence a fait durer le « plaisir » et l’a même tiré en longueur. La pluie d’informations n’a assurément pas trempé les plus courageux, mais le rideau est levé. Certes, on regrette de ne pas avoir vu ses belles courbes, de ne pas connaître de date ou de prix mais au moins, le projet est lancé. Sony a eu l’intelligence d’attirer le regard et de le fixer. Quoi qu’il advienne dorénavant, on ne pourra pas reprocher à Sony de se reposer sur ses lauriers et en tant que spectateur, on en redemande. Grâce à ce mini évènement, la planète Gaming s’est réveillée, s’est intéressée et, surtout, attend désormais la réplique de Microsoft qui part avec une longueur de retard. De plus, n’oublions pas que Nintendo rôde et affûte ses blockbusters, tapi dans sa caverne séante. Bref, « Ready, Fight ! ».  Waiting for Round 2…

Vega

Facebook : Vega Mike

Réactions

  • CJ le 23/02/2013

    Ma fois, je suis loin d’être enthousiasmé !? Je deviens trop vieux ? Aucune rétrocompatibilité, du dématérialiser à tout va,… la volonté de ne plus proposer de démo jouable et d’enrailler le marché de l’occasion… Une vision orientée vers le sharing, le jeu en réseau et collaboratif… non vraiment à 35 ans, rien de tout cela ne peut me donner envie de me réjouir et d’attendre avec grand intérêt l’arrivée de la PS4.

    Nous verrons le prix, nous verrons ce qu’il en est de la récupérabilité des softs achetés sur la PS3 et sur le PS Store, de la compatibilité des jeux PSone physique…

    Je redoute plus la mise à mort de ma PS3 que l’arrivée de la PS4.

    Répondre
  • Vega le 23/02/2013

    Trop vieux ou pas, les briscards de notre génération se retrouvent confrontés à une génération qui n’a pas les mêmes attentes : partage, tactile, casual approach et multi online, tels sont les nouveaux standards. Il n’est déjà plus question de bon goût ou pas, ni de transition, on y est. Dès lors, le jeu vidéo moderne se doit de vivre avec son temps et à cet effet, je pense que la PS4 surfe sur la vague comme il se doit…
    Même si en toute franchise, toutes ces évolutions dérangent mes habitudes de gamers aussi, pus qu’elles ne les transcendent.
    A notre génération de s’adapter 🙂

    Répondre
  • Gice89 le 23/02/2013

    Un beau succès au Royaume-Uni et en France

    Du côté de l’Europe, la Wii U aurait trouvé environ 187 000 clients lors de son premier week-end (1 et 2 décembre), dont 43 000 au Royaume-Uni, 42 000 en France et 32 000 en Allemagne selon les statistiques de VGChartz. Voir la France si proche de ses voisins d’outre-Manche est particulièrement étonnant quand on connait l’appétit pour les consoles de nos amis britanniques.

    Concernant les jeux Wii U vendus en Europe, Nintendo Land domine les débats avec 124 500 unités à son lancement, devant New Super Mario Bros. U (90 500) et ZombiU (53 000).

    Sinon pour l’article VEGA, la PS4 je dis Wait & See car pour l’instant Sony c’est beaucoup de blabla mais je ne vois toujours pas où est le passage de la next gen ?

    Répondre
  • Vega le 24/02/2013

    Merci pour tes statistiques Gice… mais bon, tu sais tout comme moi que le succès commercial d’une nouvelle console ne dévoile pas ses qualités. Dans le coeur des gamers (pas les casuals), le lancement n’a pas fait mouche, c’est ce qu’on lit sur TOUS les forums. Heureusement, elle a des qualités et certains y trouvent leur compte mais c’est une minorité.
    A cet effet, Sony a bien manoeuvré sa barque en sortant du bois maintenant…
    Tu ne vois pas le passage à la next gen ? Cloud gaming, sharing, architecture adaptée, puissance considérable et bien au delà des consoles actuelles, et promesses de titres en collaboration avec les éditeurs tiers… Je pense contrairement à toi que le passage à la next-gen est sous nos yeux. Par contre, il est un fait certain que tant qu’on n’a pas les jeux sur nos écrans et le pad en mains, on reste dans la prédiction, mais ça, c’est dans le titre de l’article. 🙂

    Répondre
  • Lionheart_mike le 24/02/2013

    Historiquement j’ai toujours été très bon public Sony depuis la PS2, mais j’ai été étonné par la qualité de la Xbox360 et au fil des années la machine de Microsoft est arrivée à détrôner à de nombreuses reprises ma bonne vieille PS3 (que je ne garde finalement que pour les exclusivités de Sony).

    Cette PS4 m’intrigue au plus haut point… je reste très fan de l’aspect communautaire mais aussi sur la défensive concernant le Cloud Gaming…

    Je pense que à l’heure actuelle, il est trop tôt pour se décider et il est intéressant de voir ce que Microsoft va annoncer dans les prochaines semaines.

    Répondre

Laisse un commentaire

* champs obligatoires