Turtle Beach Ear Force XP300

Turtle Beach Ear Force XP300

La nouvelle gamme de Turtle Beach est là !

Dans l’élan de son récent partenariat avec BigBen Interactive, Turtle Beach vient de lancer sa nouvelle gamme de casques high-tech sans fil. Les modèles X42 (Compatible Xbox 360), XP300, XP400 et XP500 (tous les 3 compatibles PS3 et Xbox 360) ont donc été présentés en avril dernier. Je me concentrerai aujourd’hui sur le milieu de gamme : L’XP 300. Le prix de prime abord rédhibitoire se justifie-t-il ? Turtle Beach nous a fournis ses produits afin d’obtenir un avis tranché de gamers.

Informations techniques :

• Modèle : Ear Force XP300
• Fonction Dual-Band Wi-Fi: sélection automatique de la fréquence 2.4 ou 5GHz.
• Son digital non compressé délivrant une qualité sonore CD.
• Fonction « Dual-Pairing » Bluetooth® permettant d’appareiller simultanément un téléphone mobile et une console Xbox 360™ ou PS3™.
• Fonction Chat Boost™: ajustement automatique du volume des dialogues par rapport au volume du jeu.
• Microphone Monitor: retour de voix.
• Batterie Li-Po rechargeable d’une autonomie continue de 10h de jeu.
• Prix : environ 120 € (Initialement vendu179 euros en avril 2012)

Analyse technique

Dans le jeu vidéo, le son est d’une importance capitale. De nombreux jeux sont réalisés en 5.1 et le gameplay est notamment axé sur les sons périphériques. Jouer dans de bonnes conditions audio est donc primordial pour jouir à 100 pourcents d’une aventure vidéoludique. En ce qui me concerne, j’ai pour habitude de jouer avec une installation Harmann kardon et un kit JBL 6.1. Le tout branché via un câble optique. Le rendu est exceptionnel. Le fait de m’emprisonner dans un casque m’a toujours laissé perplexe et le coté claustrophobique de cet environnement sonore cloisonné ne m’a jamais inspiré.
Toutefois, avec du matos de cette qualité, pourquoi ne pas se lancer ?
Première étape, les branchements. J’aurais espéré qu’ils se limitent à un simple câble USB dans la console et une synchro comme pour les pads. Ce n’est pas le cas. Certes, le manuel est clair, pragmatique et bien pensé mais il y a tout de même quelques étapes à respecter. Force est d’admettre que lorsque l’on joue via un ampli, ce qui est vraisemblablement le cas de la majorité des acheteurs potentiels d’un tel produit, un passage par l’arrière de votre installation hi-fi s’impose. C’est rarement une partie de plaisir mais après cela, les raccordements sont propres et discrets. La deuxième étape de l’installation consiste à synchroniser le casque et le boitier qui l’accompagne, détecteur de signal relié à la console via USB. Cette dernière manœuvre demande quelques minutes et pour ma part, quelques essais.
Techniquement, ces tours de passe-passe ne sont pas très agréables mais ne doivent être opérés qu’une seule fois. Par contre, l’absence d’une connexion via fil optique est dérangeante, voire frustrante. En effet, un matériel avec de telles prétentions (+ de 160 euros à sa sortie tout de même) devrait proposer les alternatives les plus luxueuses du moment. Il n’existe pas non plus de solution pour profiter du son HDMI.
On est aussi déçu de ne pas disposer d’un rendu 5.1. Par la force de la passion et de la positive attitude, gageons que le simple son stereo fera son œuvre avec brio.

Les sensations dans le jeu

Dans un premier temps testé sur Virtua Fighter 5 Final Showdown, cet outil m’a semblé bien décevant. Volume maximum faiblard, aucune finesse dans les mediums et les tweeters et une basse neutre, voire absente. J’analyse les options, un bouton pour jouer sur le champ sonore, presque aucune différence ne se fait ressentir et le deuxième bouton permet de choisir un des quatre préréglages, faisant office d’equalizer. C’est ici qu’on aura notamment une influence sur les graves, appelés communément, les basses, mais même au maximum, cela reste trop léger.
Dans un second temps, je tente une partie à Guitar Hero mais le constat n’en est qu’encore plus laborieux. Un jeu musical où le gameplay est basé sur le rythme et les mélodies ne s’avère pas du tout agréable le casque sur les oreilles… pour les mêmes raisons que celles évoquées ci-haut. De plus, les instruments ne ressortent pas et les voix ne sont pas des plus claires.
Il me restait donc l’essai ultime, le type de jeu sur lequel je fondais toutes mes espérances, Dead Space 2. Directement, le casque propose une toute autre sonorité. Les aigus sont puissants, les voix et cris sortent distinctement, les différents sons d’ambiance et les coups violents assenés à vos ennemis sont très bien rendus. Bien que la bass soit encore trop faiblarde à mon goût, vous ne tiendrez pas longtemps sans sursauter de surprise. Confortablement isolé du monde, la justesse du son et l’herméticité des écouteurs sont deux atouts immersifs et agréables. Je remets le couvert avec un jeu d’action pure et dure, Dante’s inferno, encore une fois, les sensations sont au rendez-vous, les textes parfaitement audibles et l’ambiance très bien interprétée.

Ergonomie :

Le casque est très confortable, léger, les oreilles sont très bien isolées du monde extérieur par les coussins et aucune pression n’est ressentie même après deux heures de jeu. L’arceau est parfaitement rembourré et agréablement dodu. Le micro est lui aussi très pratique et propose un très bon son. Les deux touches de préréglages sur l’oreille gauche de part et d’autre du « POWER » sont accessibles et parfaitement inspirées. Sur l’oreille droite, une touche « mute » pour répondre rapidement aux injonctions de votre épouse, le volume du « chat » et une touche Bluetooth pour vous connecter à votre smart phone par exemple. Evidemment, la caractéristique qui fait la différence est le « full »wireless. Un casque sans fil, ni vers la console, ni vers la manette, avec batterie intégrée et facilement rechargeable via USB, cela fait mouche à tous les coups. Bref, sur ce point, ce Turtle middle range est au top. Son succès se conjugue en quatre adjectifs : confortable, léger, wireless et accessible.

Et au final, hot or not ?

Après 2 semaines d’essai, un soupçon de déception et quelques bonnes surprises, je dois admettre que j’ai appris à apprécier ce casque. Ergonomique, design next-gen et léger, il peut se targuer de flatter les jeux d’action aux ambiances survoltées. Néanmoins, les jeux aux sons plus réguliers et nécessitant une bass plus soutenue seront moins bien servis par cette enceinte. Le manque de graves est un réel souci pour du matériel de ce niveau. Excellent outil pour les joueurs en ligne ou pour ceux dont les voisins ont l’ouïe un peu trop sensible, ce casque de luxe touchera son but. Pour les fans de son hi-fi et possesseur d’une installation classique de qualité, vous serez déçus du résultat, surtout pour du matériel à prix élevé.

Réactions

  • Lionheart_mike le 21/06/2012

    Je trouve ton test vraiment bien et il m’a encore plus convaincu que j’aimerai bien avoir un casque pour jouer à mon aise sur certains jeux.

    Est ce que il peut servir de casque audio pour la lecture de bluray (PS3) et d’autres videos (PS3 – Xbox) ?

    Répondre
  • NessGee le 20/04/2013

    J’ai ce casque depuis Août 2012, je suis très content de sa qualité, son confort et de son design mais il y a un petit soucis que je me dois de vous souligner. Mon casque à presque passer plus de temps en réparation que sur mes oreilles… Je l’ai apporter une foi en décembre, le micro avait lâcher. Il m’en ont donné un nouveau. 1 moi plus tard le micro ne marchais plus de nouveau et sans vouloir de nouveau l amener tout de suite le son in Game m a lâché aussi. Je viens de le ré-envoyé encore et encore… Je tiens à vous dire aussi qu’à chaque foi il m’en donne un nouveau et que de plus en prendre soins je ne peux pas.

    Répondre
    • Vega le 21/04/2013

      Oh, c’est vraiment pas de bol… Perso, je n’avais pas encore eu ce genre de retours. Néanmoins, tu fais bien de le signaler, si le problème tendait à se généraliser, il serait de bon ton de contacter Turtle Beach.
      Merci à toi!

      Répondre

Répondre à NessGee

* champs obligatoires